Jean Polydore Le Marois

De Wikimanche

Jean Polydore Le Marois.

Comte Jean Polydore Le Marois, né à Paris le 1er juin 1839, mort dans cette même ville le 26 décembre 1889, est un militaire et homme politique de la Manche.

Il est le fils de Jules-Polydore Le Marois (1802-1870) et petit-fils de Jean Le Marois (1776-1836).

Biographie

Hussard durant la campagne d'Italie de 1859, il s'installe sur les terres familiales autour du château de Pépinvast au Vicel, où il se consacre principalement à l'élevage [1]. D'abord élu maire de cette commune du Cotentin en 1870, il est ensuite élu comme son père conseiller général de Bricquebec entre 1871 et 1880 [2], et député de la circonscription de Valognes, en 1876, sous l'étiquette bonapartiste [1]. Il siège à la Chambre des députés, dans le groupe de l'Appel au peuple, et soutient le gouvernement du Seize-mai [1].

Le Temps écrit en 1877 : « Lemarrois est bonapartiste ; il est aussi très riche, assez riche même pour subvenir aux frais d'autres candidatures que la sienne, si besoin était. En 1876, M. Lemarrois avait une forte majorité contre l'honorable docteur Sébire, conseiller général, un des chefs du parti libéral dans l'arrondissement de Valognes. Les titres que nous avons énumérés plus haut suffiront-ils à M. Lemarrois pour combattre la candidature de M. Hervé Mangon, membre de l'Institut, un de nos plus savants professeurs de l'École supérieure d'agriculture ? Cela est douteux. [...] Quelque rude que soit la lutte, on espère qu'elle se terminera par une victoire libérale dans l'arrondissement de Valognes[3]. » Il est réélu député en 1877, et battu en 1881 par ce même Hervé Mangon.

Il meurt à Paris à 50 ans d'une congestion pulmonaire [4][5]. Sa veuve, Marie-Mathilde Landon de Longueville, poursuit l'exploitation de son élevage [5]. Elle en sort un crack, Omnium II, qui, une fois vendu, remporte dix-sept victoires dont le Prix du Jockey Club [5].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Adolphe Robert, Edgar Bourloton et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, 1889-1891.
  2. « Tout sur la Manche », Revue du département de la Manche, tome 29, n° 113-114-115, 1987.
  3. Le Temps, 27 septembre 1877.
  4. Cherbourg-Éclair, 20 décembre 1939.
  5. 5,0 5,1 et 5,2 Généalogie familiale (lire en ligne).

Lien externe