Jean Angélique Lemoine-Villeneuve

De Wikimanche

Jean Angélique Lemoine-Villeneuve, né à Mortain le 24 janvier 1754 [1] ou au Neufbourg en 1745 [2], mort vers 1811 [3], est un homme politique de la Manche, magistrat de profession.

La logique implacable d’un changement d’opinion

Ancien conseiller du roi au bailliage de Mortain, Jean-Angélique Lemoine-Villeneuve est élu le 1er octobre 1791 député de la Manche à l’Assemblée législative dans laquelle il siège parmi la majorité conservatrice. Mais, réélu en septembre 1792 à la Convention, il croit fort opportun de changer son fusil d’épaule en votant pour la mort de Louis XVI. Dans son « explication de vote », il fait preuve d’une logique implacable en exposant le syllogisme suivant : « Une loi de l’État a déclaré Louis coupable de trahison. Une autre loi condamne à mort tout conspirateur contre la sûreté de l’État. Je vote donc pour le dernier supplice ! » [4].

Le conventionnel mortainais retrouve son poste de magistrat sous le Consulat, comme juge suppléant au tribunal civil de Mortain [2] et rend le dernier soupir sous l’Empire. Il n’a donc pas eu à rendre de comptes sous la Restauration [4].

Notes et références

  1. A. Robert, G. Cougny, Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889.
  2. 2,0 et 2,1 « Tout sur la Manche », Revue du département de la Manche, tome 29, n° 113-114-115, 1987.
  3. Le 18 juin 1800 à Paris, selon le site internet de l'Assemblée nationale.
  4. 4,0 et 4,1 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, t. 3, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier.

Lien externe