Jean-Luc Ponty

De Wikimanche

Jean-Luc Ponty.

Jean-Luc Ponty, né à Avranches le 29 septembre 1942, est un violoniste et compositeur de jazz de la Manche.

Il bénéficie d'une réputation internationale, notamment pour avoir accompagné des musiciens prestigieux, spécialement Frank Zappa.

Biographie

Il est fils de musiciens : son père est professeur de violon, sa mère professeur de piano à Avranches [1].

Il commence à jouer du violon à 5 ans, puis apprend la clarinette pour répondre aux besoins de l'harmonie municipale d'Avranches, dirigée par son père [2].

En 1952, il entre en 6e au collège Émile-Littré, qu'il quitte en 3e en 1956, son BEPC en poche [2]. Jean-Luc Ponty entre à 16 ans au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, dont il ressort à 18 ans avec un premier prix de violon [1]. Il fréquente les clubs de jazz de la capitale et se prend de passion pour cette musique, même s'il rejoint l'orchestre classique des Concerts Lamoureux.

Mais le jazz est le plus fort : il écoute en boucle John Coltrane et Miles Davis et ne manque aucun concert à Paris. En 1961, il intègre la formation de Jef Gilson [1]. Il enregistre un premier disque en 1963 chez Philips et se révèle au public en 1964 lors du Festival de jazz d'Antibes-Juan-les-Pins (Alpes-Maritimes).

Son talent original lui vaut une popularité croissante et l'admiration de ses pairs et de la critique. En 1967, à l'invitation de John Lewis, du Modern Jazz Quartet, il participe au festival de jazz de Monterey, aux États-Unis [1]. Une nouvelle audience, internationale, cette fois, s'ouvre à lui. Les magazines spécialisés le sacrent « meilleur violoniste de jazz mondial ».

Jean-Luc Ponty part aux États-Unis en 1969 et travaille avec Frank Zappa et son groupe Experience, ce qui le conduit à s'intéresser à l'amplification de son instrument et à l'utilisation de l'électronique [1]. En 1973, il s'installe aux États-Unis et trouve sa place au sein des Mothers of Invention de Frank Zappa [1]. Il enregistre trois disques avec eux. En 1974, il intègre le Mahavishnu Orchestra du guitariste John McLaughlin [1]. Il s'impose, dès lors, comme l'un des chefs de file du mouvement « jazz-rock » [1].

En 1975, Jean-Luc Ponty signe chez Atlantic Records pour lesquels il enregistre douze albums. Il rejoint Columbia Records en 1986, avant de revenir chez Atlantic en 1993.

Ses concerts dans la Manche

Le 5 juillet 1968, il donne un concert en quartet au Star, accompagné de Georges Gruntz (piano), Henri Texier (contrebasse) et Daniel Humair (batterie).

En 1994, il est à l'affiche de Jazz sous les pommiers à Coutances.

Le 21 septembre 2001, il donne un concert mémorable à Avranches, sa ville natale, devant 1 200 spectateurs [3]. Il assiste à l'inauguration de l'espace Ponty à l'école de musique, ainsi baptisé en hommage à ses parents, et reçoit à cette occasion du maire Guénhaël Huet la médaille de la ville [3].

Le 17 juillet 2004, il joue quelques morceaux en duo lors d'un concert donné par sa fille Clara en l'église Saint-Gervais [4].

On l'y entend de nouveau le 27 septembre 2008, à La Chaussonnière [5] ll se produit en quartet avec William Lecomte aux claviers, Guy Nsangué Akwa à la basse électrique et Damien Schmitt, batteur. Celui qui a fait découvrir le jazz à Jean-Luc Ponty, Michel Varin, saxophoniste avranchinais fondu de jazz s'est joint au quartet pour un final endiablé.[6]

En 2017, il se produit le 20 mai au festival Jazz sous les pommiers à Coutances au sein du Ponty-Lagrene-Eastwood trio, ainsi que le 4 août pour Jazz en baie à Granville [2].

Discographie

  • Jazz Long Playing, 1964
  • Violin Summit, 1966
  • Trio HLP, 1966
  • Sunday Walk, 1967
  • Electric Connection, 1969
  • King Kong (Jean-Luc Ponty plays the music of Frank Zappa), 1969
  • More than meets the Ear, 1969
  • Live at Dontes (Live), 1969
  • Live at Montreux 72, 1972
  • Jean-Luc Ponty and Stéphane Grappelli, 1973
  • Upon the Wings of Music, Collectables, 1975
  • Aurora, Wounded Bird Records, 1975
  • Imaginary Voyage, Atlantic, 1976
  • Enigmatic Ocean, Atlantic, 1977
  • Cosmic Messenger, Atlantic, 1978
  • Civilized Evil, Atlantic, 1981
  • Jean-Luc Ponty : Live, 1979
  • A Taste for Passion, Atlantic, 1979
  • Individual Choice, Wounded Bird Records, 1983
  • Open Mind, Sba, 1984
  • Fables, Wounded Bird Records, 1985
  • The Gift of Time, Columbia, 1987
  • Storytelling, Columbia, 1989
  • Tchokola, Sony, 1991
  • No Absolute Time, Atlantic, 1992
  • Live at Chene Park, Atlantic, 1996
  • Mystical Adventures, Atlantic, 1997
  • Life Enigma, Koch Records, 2001
  • Live at Semper Opera, Le Chant du Monde, 2002
  • Jean-Luc Ponty : live, Wounded Bird Records, 2004
  • The Acatama Experience, Koch Records, 2007
  • Electric Fusion, coffret 4 cd, 2011

Jean-Luc Ponty a également enregistré de nombreux disques en collaboration, avec notamment Stuff Smith, Stéphane Grappelli, Georges Gruntz, George Duke, Joachim Kühn, Elton John, Al Di Meola, Stanley Clarke...

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 et 1,7 Paul Benkimoun et Christian Gauffre, Dictionnaire du jazz, coll. Bouquins, éd. Robert Laffont, 1994, pp. 945-946.
  2. 2,0 2,1 et 2,2 Xavier Oriot, « Le retour du violoniste prodige sur ses terres », Ouest-France, 15 mai 2017.
  3. 3,0 et 3,1 Sébastien Car, « Jean-Luc Ponty triomphe à Avranches », Ouest-France, 23 septembre 2001.
  4. « Près de 300 spectateurs au récital de Clara Ponty », Ouest-France, 19 juillet 2004.
  5. « Jean-Luc Ponty ce soir salle de la Chaussonnière : “Mes souvenirs d'enfance sont ici” », Ouest-France, 23 septembre 2008.
  6. Thierry Giard,« Jean-Luc Ponty se penche sur ses racines », Culture Jazz.fr[1], consulté le 16 mai 2017

Lien interne

Liens externes