Jean-Baptiste Lechevalier

De Wikimanche

Jean-Baptiste Lechevalier, né à Trelly le 1er juillet 1752, mort à Paris, paroisse de Saint-Étienne-du-Mont, le 2 juillet 1836, est un voyageur et un archéologue de la Manche.

Biographie

Destiné à l'état ecclésiastique, il fait ses études au séminaire Saint-Louis à Paris. Quoiqu'il porte le titre d'abbé, il n'entra jamais dans les ordres. Il devient professeur de philosophie de 1772 à 1778, dans les collèges du Plessis, d'Harcourt, et de Navarre à Paris. Il connaît l’anglais, l’allemand, l’italien, le russe et l’espagnol.

Il s’intéresse aux Arts aussi bien qu’aux Lettres et sa renommée fut telle que le fameux peintre et sculpteur David lui fait son buste qui est exposé dans les galeries de la bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris.

En 1784, le comte de Choisel-Gouffier, nommé ambassadeur à Constantinople, lui propose de l'amener en qualité de secrétaire particulier. L'abbé Lechevalier accepte et après un voyage à Londres pour les intérêts de l'ambassadeur, il se rend en Orient. Il voyage en Italie, part pour l’Asie Mineure, explore la plaine de Troie, visite la Propontide et le Pont-Euxin.

En 1785 - 1786, il s'associe avec ardeur aux explorations qu'entreprit monsieur de Choisel-Gouffier dans la Troade. Il fait ou croit faire des découvertes qui, selon lui, excitent la jalousie de son patron. Pour cette raison, il quitte Constantinople et est envoyé à Jassi auprès du hospodar de Moldavie avec pour mission d'observer les mouvements de l'armée russe qui opère sur le Bas Danube.

Il revient à Paris en 1788 mais les évènements de la Révolution le décide à quitter la France. Il séjourne quelque temps en Allemagne où il est reçu membre de l'Académie de Gœttinge. Il visite le Danemark, la Suède, la Hollande, la Russie et passe ensuite en Angleterre où il trouve une généreuse hospitalité dans la maison de sir Francis Burdett. Il rentre en France en 1797. Il ne repart très vite et jusqu'en 1805, il voyage constamment en Espagne et en Italie.

À son retour en France, il obtient la place de conservateur de la bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris en 1806. Il passe le reste de sa vie dans une retraite studieuse.

Il publie les récits de ses voyages et un ouvrage où il soutient que l’auteur de l’Iliade et de l’Odyssée est Ulysse lui-même.

Source

Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours. Publiée par MM. Firmin Didot Frères. Tome XXXe