Jean-Baptiste Daireaux

De Wikimanche

Jean-Baptiste Daireaux, né à Marigny le 16 novembre 1767 et mort dans la même commune le 13 janvier 1834, est une personnalité militaire de la Manche.  

De la première promotion de la Légion d’honneur

Jean-Baptiste Daireaux rompt avec les traditions ancestrales de sa famille de tisserands et s’engage dans les armées du Roi en 1785 pour une longue carrière militaire [1].

De 1791 à 1793, il est en Amérique avec la flotte de l’Atlantique [1]. En 1793, il est sergent et part avec Bonaparte en Égypte et en Syrie, où il s’illustre pendant trois ans [1].

En 1802, à la première promotion de la Légion d’honneur, il est décoré des mains même de l’empereur et reçoit un sabre d’honneur pour services rendus [1].

En 1809, il est au camp de Boulogne et suit Napoléon dans son épopée triomphale à travers l’Europe [1]. En 1813, il est capitaine et il achève là sa carrière avec le Premier Empire [1].

La Restauration, comme aux autres officiers de l’Empire, ne lui verse qu’une demi-solde.

Il revient vivre dans son village natal, où il est chef de bataillon de la Garde nationale du canton de Marigny [1].

Depuis, Marigny entretient et fleurit la tombe de son premier « légionnaire ».  

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, sous la direction de René Gautier.