Jean-Baptiste Daireaux

De Wikimanche

Jean-Baptiste Daireaux, né à Marigny le 16 novembre 1767 et mort dans la même commune le 13 janvier 1834 [1] [2], est une personnalité militaire de la Manche.  

De la première promotion de la Légion d’honneur

Jean-Baptiste Daireaux rompt avec les traditions ancestrales de sa famille de tisserands et s’engage dans les armées du Roi en 1785 pour une longue carrière militaire [3].

De 1791 à 1793, il est en Amérique avec la flotte de l’Atlantique [3]. En 1793, il est sergent et part avec Bonaparte en Égypte et en Syrie, où il s’illustre pendant trois ans [3].

En 1802, à la première promotion de la Légion d’honneur, il est décoré des mains même de l’empereur et reçoit un sabre d’honneur pour services rendus [3].

En 1809, il est au camp de Boulogne et suit Napoléon dans son épopée triomphale à travers l’Europe [3]. En 1813, il est capitaine et il achève là sa carrière avec le Premier Empire [3].

La Restauration, comme aux autres officiers de l’Empire, ne lui verse qu’une demi-solde.

Il revient vivre dans son village natal, où il est chef de bataillon de la Garde nationale du canton de Marigny [3].

Depuis, Marigny entretient et fleurit la tombe de son premier « légionnaire ».  

Notes et références

  1. Acte de baptême.
  2. Acte de décès n° 05.
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 3,5 et 3,6 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, sous la direction de René Gautier.

Article connexe