Jean-Baptiste Biard

De Wikimanche

Biard-jb.png

Jean-Baptiste Biard, né à Cherbourg le 1er mai 1865 et mort dans la même commune le 28 décembre 1938, est un patron de presse de la Manche.

Biographie

Il est le fils de Jean Baptiste Biard (1833-1880), tailleur de pierres, né à Saint-Lô, et de Marie Lemarchand (1828-1905), bouchère, née à Benoistville.

Jean-Baptiste Biard quitte l'école à 14 ans et entre à l'imprimerie Eugène Feuardent, à Cherbourg [1]. Il est d'abord apprenti, puis devient typographe [2].

Il se lance très vite dans la presse en créant, avec son patron, l'hebdomadaire L'Avenir cherbourgeois le 24 avril 1885, qui aura une existence éphémère : il cesse de paraître le 5 août 1887 [3].

Nullement découragé, Jean-Baptiste Biard lance le 5 novembre 1889, un bi-hebdomadaire Le Réveil cherbourgeois, qui devient le 2 mai 1890 Le Réveil, sous-titré « journal des arrondissements de Cherbourg et Valognes » [3]. Lors du lancement, Jean-Baptiste Biard se positionne contre le capital, « qui n'a pas d'illusion, qui s'attache aux choses positives et qui n'a pas d'amour-propre » [1].

Le 5 janvier 1899, Jean-Baptiste Biard lance Le Réveil maritime, qui est d'abord hebdomadaire, puis quotidien. Le journal cesse de paraître le 10 décembre 1904. Il est remplacé dès le surlendemain, le 12 décembre 1904, par un nouveau quotidien dénommé Cherbourg-Éclair et Réveil maritime, « journal démocratique de la Manche » [3], publié sous ce titre jusqu'au 27 novembre 1908. Le lendemain, le quotidien raccourcit son titre en Cherbourg-Éclair. C'est sous cette dénomination que Jean-Baptiste Biard le verra se développer et prospérer, jusqu'en 1938, date de sa mort. Le journal continuera sa route sans son fondateur jusqu'en 1944.

Jean-Baptiste Biard mène parallèlement un combat politique. En octobre 1903, il est en bonne place sur la liste de Concentration républicaine, radicale et socialiste, emmenée par Albert Mahieu, qui gagne les élections municipales à Cherbourg [4]. Il est élu adjoint au maire, bientôt nommé administrateur de l'hospice civil de Cherbourg. Il annonce l'ouverture d'une école d'infirmières, qui verra le jour en 1904 [5]. Il est aussi très actif sur le plan social, toujours soucieux d'améliorer le sort des plus déshérités [6].

Il est aussi l'un des premiers Manchois à utiliser l'automobile, dès 1894 [7]. En novembre, il effectue les 13 km séparant Cherbourg de Virandeville en 45 minutes et, quelques jours plus tard, il rallie Cherbourg à Barfleur (27 km) en deux heures [7].

Pendant la Première Guerre mondiale, il se dévoue en faveur des réfugiés belges [6].

Il meurt en décembre 1938, âgé de 73 ans [8]. Ses obsèques sont célébrées le 31 décembre en la basilique Sainte-Trinité, devant une foule imposante [9] . Il est inhumé à l'ancien cimetière de Cherbourg [9]. Le maire de Cherbourg, Léon Noël, loue un homme « qui n'avait qu'un idéal : le progrès social sous toutes ses formes » et qui s'était fait « le protecteur des pauvres » [9].

Il est le père d'André Biard et le grand-père de Jeanne Biard (1919-2000).

Hommage

La rue Divette à Cherbourg est rebaptisée à la mémoire de Jean-Baptiste Biard en novembre 1989 à l'occasion du centenaire du Réveil [10].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Robert Dold, « Jean-Baptiste Biard », Mémoires de la Société nationale académique de Cherbourg, vol. 31, 1995.
  2. « Mort de M. Jean-Baptiste Biard, fondateur du Réveil et de Cherbourg-Éclair », L'Ouest-Éclair, 30 décembre 1938.
  3. 3,0 3,1 et 3,2 Françoise Poggioli, Bibliographie de la presse française - Manche, Bibliothèque nationale, 1970.
  4. « 120 ans en Cotentin 1889-2009 », La Presse de la Manche, hors-série, novembre 2009, p. 38.
  5. « 120 ans en Cotentin 1889-2009 », La Presse de la Manche, hors-série, novembre 2009, p. 41.
  6. 6,0 et 6,1 La Croix, 30 décembre 1938.
  7. 7,0 et 7,1 François Herbert, « Un vétéran cherbourgeois », Ouest-France, 19 octobre 1960.
  8. Le Temps, 30 décembre 1938.
  9. 9,0 9,1 et 9,2 « Les obsèques de M. Jean-Baptiste Biard », L'Ouest-Éclair, 1er janvier 1939.
  10. « 1989 : Bon anniversaire, La Presse de la Manche », « 120 ans en Cotentin », La Presse de la Manche, 2009.