Jacques Le Canu

De Wikimanche

Tombe de la famille Allain-Le Canu au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Jacques, Louis Le Canu, né à Périers le 28 mai 1758 [1], mort à Paris en 1833, est une personnalité scientifique de la Manche.

Pharmacien en chef des hôpitaux de Paris

Filleul du conventionnel Jean-Baptiste Lecarpentier, Le Canu est né à Périers où son père est avocat au bailliage de Saint-Sauveur-Lendelin.

Au terme de ses études au collège de Coutances, il fait son apprentissage dans une pharmacie de Périers puis il va se perfectionner à Paris où il suit les cours du fameux chimiste Berthollet au collège royal.

En 1785, il entre comme apothicaire à la maison de la Pitié. Trois ans plus tard, il est nommé apothicaire en chef de l’hôpital général de Paris regroupant alors Bicêtre, la Pitié et la Salpêtrière. La même année, l’illustre Parmentier, le vulgarisateur de la pomme de terre, le fait nommer pharmacien-major des Gardes Suisses.

Après la journée du 10 août 1792, ce poste lui vaut d’être traité en suspect au début de la Révolution. Traduit devant le Tribunal révolutionnaire, il est acquitté. Ayant contracté une grave maladie provoquée par la fabrication du salpêtre, il renonce au service hospitalier et s’établit à son compte dans le quartier des Halles en 1799. Son officine prospère rapidement et devient une des plus connues de la capitale.

Pharmacien lui aussi, reçu en 1826, son fils Louis-René est professeur à l’École supérieure de pharmacie de 1832 à 1871 et membre de l’Académie de médecine [2].

Notes et références

  1. Registre paroissial de Périers années 1752-1761 - Archives départementales de la Manche consultées le 21 mars 2012.
  2. Société d'histoire de la pharmacie (lire en ligne).

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 2, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, éd. Eurocibles, Marigny