Jacques Joseph Bréhier

De Wikimanche

Acte de décès.

Jacques Joseph Bréhier, né à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 30 novembre 1800 et mort dans la même commune le 2 novembre 1872 [1], est un homme politique de la Manche.

Il est le fils de Louis Bréhier (1766-1852), capitaine d'infanterie, et de Nicole Lerebours de la Pigeonnière .

Sous-préfet durant la Monarchie de Juillet, il refuse la sous-préfecture de Mortain en 1841 avant d'être nommé à Vire (Calvados) en 1842, puis à Ruffec (Charente) en 1846.

Il se marie le 26 mai 1846 à Cérences avec Céleste Deslandes (1812-), qui lui donne deux enfants : Mathilde (1802-1861) et Hippolyte (1813-1890).

Précepteur des enfants du roi Jérome, frère de Napoléon Ier, il est élu représentant de la Manche à l'Assemblée législative le 13 mai 1849 (12e) avec l'appui du parti modéré et les bonapartistes. Il siège jusqu'au 2 décembre 1851, terme de ce premier et unique mandat.

Tout naturellement, il donne son soutien au coup d’état de Napoléon III qui en fait un conseiller d’État [2]

Il est conseiller général du canton de Juvigny-le-Tertre de 1861 à 1870.

Il est le frère aîné de Louis Bréhier (1802-1861), conseiller général d'Isigny-le-Buat de 1852 à 1858, et de Hippolyte Bréhier (1813-1890), conseiller général de Saint-Hilaire-du-Harcouët de 1852 à 1883 et maire de Saint-Hailire-du-Harcouët [3].

Il est domicilié à Cérences.

Il meurt le 2 novembre 1872 chez son frère Hippolyte Bréhier, âgé de 71 ans.

Distinction

Il est officier de la Légion d'honneur.

Notes et références

  1. AD50, NMD Saint-Hilaire-du-Harcouet, An 1868-1872 (5 Mi 324), page 504/662 Acte de décès n° 200 (lire en ligne).
  2. Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 3.
  3. « Tout sur la Manche », Revue du département de la Manche, tome 29, n° 113-114-115, 1987.

Lien interne

Lien externe