Jacques Bainville

De Wikimanche

Jacques Bainville, né à Vincennes (Seine) le 9 février 1879, mort à Paris le 9 février 1936, est un historien, critique littéraire et diplomate de la Manche.

Un grand spécialiste de l’Allemagne

S’il est un nom qui ne mérite pas l’oubli dans lequel il est tombé, c’est bien celui de Jacques Bainville qui est un des grands historiens de la première moitié du siècle passé. Durant des décennies, des millions de français ont lu son Histoire de France (1924) et son Napoléon (1931) qui furent d’énormes succès de librairie et constituent les sommets d’une œuvre littéraire prolifique consacrée par l’habit vert de l’Académie française en 1935. Il décède l’année suivante et est inhumé à Marigny [1].

La désaffection subie par Bainville est due, pour une large part, à son engagement politique. Il est en effet un des piliers de l’Action française qui derrière Charles Maurras milite en faveur d’une restauration monarchique [1].

Historien, critique littéraire et diplomate, Jacques Bainville est un des meilleurs connaisseurs de l’Europe de son temps. Ayant découvert l’Allemagne dès son plus jeune âge, il met dès les années 20 son pays en garde contre la montée des périls engendrée par le Traité de Versailles et le surgissement du national-socialisme. La chute du mur de Berlin a d’ailleurs remis sa pensée historique au goût du jour [1].

Marigny, où l’historien est inhumé et où l’on peut voir une stèle élevée à sa mémoire, perpétue son souvenir. En 1913, Jacques Bainville a en effet épousé Jeanne Niobey, la petite-fille du notaire local. Et Marigny devient très vite la patrie d’adoption de l’écrivain qui y séjourne fréquemment venant s’y reposer tout en rédigeant une partie de son œuvre. Elle est une des très rares communes de France (avec Paris) à avoir donné le nom de Jacques Bainville à une de ses rues et à un square [1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Jean-François Hamel et René Gautier (dir.), Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 1, Marigny, éd. Eurocibles.