Hildevert Hersent

De Wikimanche

Hildevert Hersent, né à La Vacherie-sur-Hondouville (Eure) le 4 mai 1827 [1], mort à Paris le 26 décembre 1903, est une personnalité de la Manche.

Un pont sur la Manche

Hildevert Hersent est un des grands noms du génie civil du XIXe siècle[2].

Entré à 14 ans dans l'entreprise de M. Jeanne à Évreux (Eure), sans autre instruction que l'école primaire, il la quitte pour entrer en 1836 chez Castor et Jacquelot après y avoir acquis les bases des travaux publics [3].

Il devient associé de Castor et Jacquelot en 1860 et prend la tête de l'entreprise à la mort de M. Castor, en 1874[3]. On renonce à compter les grands travaux (ponts, lignes ferroviaires, travaux maritimes...) qu'il a dirigés en France et à travers le monde [2]. Sa première grande collaboration est la fondation à 20 mètres sous l'eau des piles du pont de Kehl (frontière franco-allemande) sur le Rhin grâce à l'emploi de l'air comprimé. On lui doit notamment la régularisation du Danube à Vienne (Autriche) et du Tage à Lisbonne (Portugal), le dérasement de la roche de la Rose à l'entrée du port militaire de Brest (Finistère), les quais des ports de Bordeaux (Gironde) et d'Anvers (Belgique), la construction des ports de Rosario (Argentine), Bizerte (Tunisie) et Lisbonne (Portugal), des formes de radoub de Toulon (Var) et Saïgon (Vietnam), etc. Avec M. Couvreux, il participe à l'organisation des travaux du canal de Panama, entre 1881 et 1883 [3]. Il associe ses fils Jean et Georges, élèves de l'École centrale des Arts et Manufactures.

À Cherbourg, il a construit une digue qui porte son nom. L'ingénieur-châtelain n'a toutefois jamais pu réaliser le grand projet de sa vie qui était de construire avec Schneider et Cie du Creusot, un pont sur la Manche avec des piles de plus de 50 mètres de profondeur [2].

Il achète le château de Nacqueville en 1880 et s'y fixe jusqu'à sa mort. Il prélève sur son immense fortune pour faire construire l'église de sa nouvelle paroisse. L'édifice est inauguré en 1902 et détruit en 1944. [2]

Il préside la Société des ingénieurs civils de France, en 1886.

Mort à Paris le 26 décembre 1903, une cérémonie funèbre y est célébrée le 28 décembre, en l'église Saint-Louis d'Antin, puis il est inhumé à Nacqueville [3].

Distinctions

  • Officier de la Légion d'honneur en 1900 [3].

Notes et références

  1. Société des sciences de Cherbourg, « Les monuments d'Urville-Nacqueville », Histoire paroissiale de Nacqueville, p. 10, consulté le 8 mars 2018 (lire en ligne).
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 1, éd. Eurocibles, Marigny.
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 et 3,4 « Nécrologie : M. Hildevert Hersent », Le Génie Civil. Revue générale des industries françaises et étrangères, n° 112, 9 janvier 1904, p. 157.