Heussé

De Wikimanche

Heussé est une ancienne commune du département de la Manche, commune déléguée au sein du Teilleul depuis le 1er janvier 2016.

Commune déléguée d'Heussé
(commune du Teilleul)
Coordonnées de la mairie annexe Logo-Mairie.png
48° 30' 24.08" N, 0° 54' 0.10" W (OSM)
Arrondissement Avranches
Chargement de la carte...
Canton Mortainais
Ancien canton Le Teilleul
Intercommunalité CA Mont-Saint-Michel-Normandie
Gentilé Heusséen(ne)s
Population 221 hab. (2016)
Superficie 14,57 km²
Densité 15 hab./km2
Altitude 155 m (mini) - 228 m (maxi)
Code postal 50640
N° INSEE 50245
Maire délégué Jean-Marc Legrand
Communes limitrophes d'Heussé
Buais Le Teilleul Le Teilleul
Fougerolles-du-Plessis (Mayenne) Heussé Le Teilleul
Fougerolles-du-Plessis (Mayenne) Désertines (Mayenne), Fougerolles-du-Plessis (Mayenne) Mantilly (Orne)

L'église Saint-Pierre.
L'église Saint-Pierre.


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Tous les spécialistes s'accordent à voir dans ce nom un toponyme gallo-romain formé avec le suffixe gallo-roman -ACU ajouté à un nom de personne. Le premier élément est vraisemblablement un anthroponyme gallo-romain, dont l'identité, par contre, ne fait pas l'unanimité.

  • Albert Dauzat [48], sans disposer de formes anciennes, avait dubitativement rapproché Heussé du type français Ussy / Ussé / Ussac < gallo-roman °ULCIACU formé sur Ulcius, hypothèse aujourd'hui abandonnée.
  • Sa disciple Marie-Thérèse Morlet [49], en vertu de certaines attestations (14e s.), a vu dans ce nom l'anthroponyme gallo-romain Helicius, et donc implicitement proposé °HELICIACU, « le domaine rural d'Helicius ». C'est l'explication retenue par François de Beaurepaire [5], qui donne en outre des formes plus anciennes, et à sa suite René Lepelley [50].
  • Ernest Nègre [51], reprenant les formes citées par François de Beaurepaire, préfère expliquer ce nom par Elissaeus + -acum, sans donner toutefois de proto-forme complète (qui devrait être °ELISSIACU).

La proposition de Marie-Thérèse Morlet ne pose aucun problème : °(H)ELICIÁCU (le H est ici muet et purement graphique) évolue naturellement en °(H)ELCIACU après syncope de la prétonique, d'où l'ancien français °Helcé > Heucé. Nous sommes ici au sud de la ligne Joret : il est donc normal de ne pas rencontrer de formes normano-picardes de type °Helché, °Heuché. La graphie en -ss-, qui est tardive (fin 15e s.), note la confusion qui s'est effectuée en français entre [s] < [ts], noté c(e), c(i), et [s] étymologique, effective dès la fin du 12e siècle.

On ne comprend pas très bien la raison pour laquelle Ernest Nègre est allé chercher un Elissaeus (variante rare d’Eliseus), alors que l'explication précédente convient très bien. Peut-être est-ce parce que Helicius n'est pas cité tel quel chez Marie-Thérèse Morlet [52]. Mais il l'est par Schulze [53], et donné sans astérisque par Morlet dans son ouvrage postérieur [49]. En outre, comme il vient d'être dit, la fusion entre [s] < [ts] et [s] étymologique ne se constate qu'à l'extrême fin du 12e siècle, ce qui veut dire que les graphies en c de Heuceio (1151), Helceio (1156/1158) ne peuvent à cette époque que noter [ts], interdisant ainsi une explication par Elissaeus. Il est vrai que le bon abbé ne disposait que des formes données par François de Beaurepaire, certes plus tardives (1179), quoiqu'encore trop précoces en regard de l'évolution phonétique concernée.

On notera par ailleurs, aux 17e et 18e siècles, la série de variantes graphiques suivante : Oissé 1612/1636, Ouessey 1650, 1661, Huessé 1709, (d)oiscée 1713, 1735. On ne peut guère l'expliquer que par une altération spontanée ancienne de la diphtongue [eu] > [ue] > [we], d'origine inexpliquée (la graphie oi note en effet [we] jusqu'à la fin du 18e siècle). Cette évolution aura causé l'apparition de deux formes parallèles, l'une en Heus- et l'autre en Ois- / Oues- / Hues-, cette dernière ayant disparu vers le milieu du 18e siècle.

L'anthroponyme gallo-romain Helicius est un dérivé en -ius du grec ἡλικος, hēlikos, « de haute stature ».

Géographie

Heussé est située dans le Mortainais.

Histoire

Le 1er janvier 2016, Heussé fusionne avec Le Teilleul, à l'instar de Ferrières, Husson et Sainte-Marie-du-Bois, sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 relative à la réforme des collectivités territoriales.

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [54], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[56]. En 2016, la commune comptait 221 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [57] et INSEE [58])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
900 906 977 897 848 874 941 942 880 845
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
854 849 819 733 734 727 720 714 701 645
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
625 529 544 540 555 551 524 437 401 364
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
339 302 267 255 250 247 242 237 232 228
2013 2014 2015 2016 - - - - - -
225 226 228 221
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[59] puis INSEE à partir de 2004.


- Le 15 juillet 1874, l'incendie de la mairie détruit des registres d'état civil.

Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... Jean-Baptiste Le Bansais 1794, 1795
1795-....... Jean Paillard
1796-1798 Jean-Baptiste Danguy
1798-1800 Jean-Baptiste Le Bansais
1800-1808 Jean-Baptiste Danguy
1808-1811 Frédéric d'Avenel de Nantrail
1811-1815 Jean-Baptiste Lebansais
1815-1819 Frédéric d'Avenel de Nantrail
1819-1820 Jean-Baptiste Lebansais décédé en exercice le 24 octobre 1820
1820-1831 Jean-Baptiste Tusson propriétaire
1831-1840 Julien Danguy
1840-1846 Jean-Baptiste Noël
1846-1849 Julien Danguy
1849-1852 Joseph d'Avenel
1852-1871 Michel Potier
1871-1891 Joseph d'Avenel décédé en exercice le 27 juillet 1891
1892-1892 Eugène Potier
1892-1915 Louis Breillot
.......-....... .......
1919-1920 Pierre Danguy
1920-1923 Victor Melan
1923-1956 Pierre Béatrix
1956-1981 Jules Vézard
1982-2001 Maurice Launay
2001-2014 Jean-Claude Crotté retraité
2014-actuel Jean-Marc Legrand
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2014).

La mairie (2014).

Adresse : Le Bourg
Heussé
50640 Le Teilleul

Tél./Fax : 02 33 59 42 94
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Pas de site officiel
Commentaire :
Source : Site officiel de la commune du Teilleul (17 juin 2018)

Mardi - -
Mercredi - -
Jeudi 10 h 30 - 12 h 30 -
Vendredi - -
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Pierre.
  • Patron (présentation) : patronage laïque, le comte de Mortain en 1412 [7] et 1648 [10]; curieusement, les pouillés d'Avranches attribuent la présentation au prieur du Plessis-Grimoult (Calvados) vers 1480 [8].
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Naissances

Autres

Économie

  • La Haminière : lait.

Lien interne

Notes et références

  1. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. I, 1916, p. 23, § XVII.
  2. Ibid., p. 187, § LXXX.
  3. Léopold Delisle, op. cit., t. II, 1920, p. 179, § DXCI.
  4. Thomas Stapelton, Magni Rotuli Scaccariæ Normanniæ sub regibus Angliæ, Société des antiquaires de Londres, Londres, t. I, 1840, p. 9.
  5. 5,0 et 5,1 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 139.
  6. Comptes du Diocèse d’Avranches, dressés en 1369/1370 et 1371/1372, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 144C.
  7. 7,0 et 7,1 Pouillé du Diocèse d’Avranches, 1412, in Auguste Longnon, op. cit., p. 157F.
  8. 8,0 et 8,1 Pouillé du Diocèse d’Avranches, ~1480, in Auguste Longnon, op. cit., p. 173C.
  9. 9,0 et 9,1 Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BnF, ms. fr. 4620].
  10. 10,0 10,1 et 10,2 « Benefices du dioceze d’Avranches », p. 8, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  11. M. Merian, Duché et Gouvernement de Normandie, Francfort, 1650.
  12. N. Sanson et P. Mariette cartographes, R. Cordier graveur, Duche et Gouvernement de Normandie, Paris, 1661.
  13. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  14. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  15. 15,0 et 15,1 Dénombrement du Royaume par Generalitez, Elections, Paroisses et Feux, 2 vol., Saugrain, Paris, 1709, p. 65b.
  16. Alexis-Hubert Jaillot, La Généralité de Tours divisée en ses seize elections, aux Deux globes, Paris, 1711 [BnF, collection d'Anville, cote 00729 B].
  17. 17,0 17,1 et 17,2 Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  18. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  19. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  20. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 3 : Fougères, Vire et Avranches, 1720 [BnF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, III) B].
  21. 21,0 21,1 et 21,2 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 66b.
  22. Gilles Robert de Vaugondy (1688-1766), Gouvernement Generale de Normandie divise en ses sept Bailliages de Coutances, Caen, Caux, Rouen, Evreux, Gisors, et Alencon, Par le Sr. Robert Geographe ordinaire du Roy, 1751. Avec Privilege. Supplement pour les Isles Grenezey et Jersey, appartenantes aux Anglois, Boudet, Paris, 1751.
  23. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  24. 24,0 et 24,1 Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, t. III, 1764, p. 757b.
  25. Rigobert Bonne, Carte du Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, 1771, recueillie in Jean Lattre, Atlas Moderne ou Collection de Cartes sur Toutes les Parties du Globe Terrestre, ~1775.
  26. P. Santini, Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, Remondini, Venise, 1777.
  27. Carte de Cassini.
  28. Site Cassini.
  29. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  30. A. F. Lecousturier l’aîné et F. Chaudouet, Dictionnaire géographique des postes aux lettres de tous les départemens de la République française, Valade, Paris, an IX (1802), t. II, p. 24b.
  31. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 699c.
  32. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 478.
  33. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Mortain, p. 148.
  34. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 616b.
  35. Cadastre napoléonien, Archives départementales de la Manche.
  36. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 856b.
  37. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  38. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  39. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 373.
  40. Ibid., p. 371.
  41. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 62a.
  42. E.-A. Pigeon, Carte du diocèse d’Avranches, A. Herluison, Orléans, 1884 [BnF, GED-1158].
  43. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  44. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  45. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  46. 46,0 et 46,1 Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  47. Carte IGN au 1 : 25 000.
  48. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 352b.
  49. 49,0 et 49,1 Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985, p. 103a.
  50. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 147b.
  51. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. I, 1990, p. 515, § 8219.
  52. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. II (les noms latins ou transmis par le latin), 1972, p. 59a s. n. HELICIS.
  53. Wilhelm Schulze, Zur Geschichte lateinischen Eigennamen, Berlin, 1904.
  54. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  55. Chiffre donné pour mémoire; en effet, le Dictionnaire géographique de l'abbé Expilly ne fait que reprendre, pour la démographie, les données du Nouveau dénombrement du royaume de 1735.
  56. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  57. Population avant le recensement de 1962.
  58. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  59. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.