Henri Moulin

De Wikimanche

Henri Moulin, né à Mortain le 27 mai 1816 et mort dans la même commune le 28 octobre 1886 [1], est un homme politique de la Manche, propriétaire et archéologue.

Après sa scolarité au collège de Mortain puis au lycée Henri-IV de Paris, il étudie le droit à la Sorbonne[2].

Il est substitut à Coutances avant de s'installer avocat à Mortain, sans exercer. Il est éditorialiste du journal Le Mortainais[2].

Maire bonapartiste de Mortain en 1867, il se rallie à la république conservatrice d'Adolphe Thiers et conserve son mandat jusqu'à sa démission en 1878.

« C'est lui qui fit faire le chemin des Aubrils, consolider la vieille tour du Prieuré, édifier le chœur et l'abside de la chapelle de l'Hospice ; il organisa une salle d'asile et une maison pour les sœurs garde-malades, avec fourneau et réfectoire pour les pauvres. Mais son œuvre principale fut la dérivation de la belle et limpide source du Bois-Véron, amenée à Mortain au lieu dit des Tasses et emmagasinée dans un vaste réservoir de 200 000  litres. »[3]

Archéologue et historien local, il est membre de la Société des antiquaires de Normandie et vice président de la Société d'archéologie d'Avranches et Mortain. C'est lui qui découvre le Chrismale de Mortain dans le trésor de la collégiale Saint-Évroult.

Publications

  • Notice biographique sur Siméon Leverdays, impr. A Lebel, Mortain, 1855[4]
  • Promenade aux îles anglaises de Jersey et Guernesey, 1855
  • Impressions de voyage d'un étranger à Paris. Visite de l'exposition universelle de 1855, 1856 (lire en ligne)
  • Considérations sur un chemin de fer d'Orléans à la mer suivant la vallée de la Sélune, impr. Boulay, Mortain, 1872[4]
  • Dissertation historique et archéologique sur l'église collégiale de Mortain, impr. A Lebel, Mortain, 1865[4]
  • Notice sur le prieuré du Rocher et l'hospice civil de la ville de Mortain, impr. Vve Boulay, 1875[4]
  • Guide du voyageur et du touriste dans le Mortainais, éd. A. Leroy, Mortain, 1885[4]
  • Notice biographique sur M. Joseph Taborel, médecin, maire de Juvigny-le-Tertre, ca 1897[4]

...

Notes et références

  1. Acte de décès n° 114 - État civil de Mortain.
  2. 2,0 et 2,1 Archives départementales de la Manche et musée d'art et d'histoire d'Avranches, Voyage archéologique dans la Manche, éd. Orep, Bayeux, 2017, p.200.
  3. Victor Gastebois, Le vieux Mortain, impr. G. Letellier, Mortain, 1930-1931, p. 199 (lire en ligne)
  4. 4,0, 4,1, 4,2, 4,3, 4,4 et 4,5 data.bnf.fr, site internet consulté le 9 décembre 2018.(lire en ligne)