Hôtel de Camprond

De Wikimanche

L’Hôtel de Camprond, Hôtel d'Heu ou d'Eu, est une demeure historique de la Manche, sise au 75 rue de Poterie, à Valognes.

Historique

Mentionnée pour la première fois en 1578 lors de sa vente par Jean Guiffard à François Marmyon de la Voûte, un bourgeois marchand valognais qui l'agrandit par l'acquisition en 1782 d'une petite maison contigüe à usage de grange, la propriété connaît de nombreux propriétaires : Adrien Clérel de Sortosville, de 1678 à 1685, Hervé Leroux, sieur de Giberprey et ses héritiers jusqu'en 1746, Nicolas Levaillant de Basmesnil, avocat et bourgeois de Valognes, et sa famille durant plus d'un siècle[1], les Duquesne de 1857 à 1880, M. Guillemin jusqu'en 1907, puis les Boudillet qui la vendent en 1973 à la famille Beaugrand qui en reste propriétaire[2].

Architecture

La façade du 18e siècle sur la rue de Poterie se compose de sept travées régulières et d'une huitième, à l'extrémité gauche, plus large, comprenant le porche du passage cocher. Le rez-de-chaussée est percé de baies à linteau cintré, le niveau supérieur de fenêtres à linteau droit, les deux niveaux séparés par un bandeau, alors que l'étage des combles est éclairé par trois lucarnes[1].

La façade opposée conserve quant à elle les éléments plus médiévaux du 16 et 17e siècles : tour d'escalier circulaire, fenêtres à meneaux plats ou à simple croisillon, salle de plain-pied et accès à l'étage par un escalier en vis logé dans la tour hors-d’œuvre couronnée par une fuie à pigeons avec petite fenêtre saillante et pierre d’envol[1].

La grande salle du rez-de-chaussée comporte une cheminée monumentale de style Renaissance ornée d'un blason[1].

De part et d'autre de la cour, les communs comprennent une charreterie composée de deux grandes arcades en plein-cintre contemporaine à l'hôtel[2]. Un escalier tournant extérieur au centre du mur de soutènement permet l'accès au jardin surélevé en terrasse[1]. Un logement en dépendance, installé dans une petite maison du 17esiècle, avec fenêtres à meneaux, donne sur la rue de Poterie[2].

Les façades et les toitures du logis, le décor du grand salon avec la cheminée y compris les sols en terre cuite et grès de Valognes, la porte lancéolée d'accès à l'escalier intérieur, la cage d'escalier en totalité ; l'assiette de la cour et l'escalier d'accès au jardin ; l'assiette du jardin avec les murs de clôture et de soutènement font l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 26 septembre 2012[3]

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3 et 1,4 Monuments historiques protégés en Basse-Normandie en 2011 et 2012, Direction régionale des affaires culturelles de Basse-Normandie, 2013.
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Julien Deshayes et Stéphanie Javel, « Hôtel d'Heu (ou Hôtel de Giberprey, dit aussi hôtel de Camprond) », blog du Pays d'Art et d'histoire du Clos du Cotentin, 8 février 2011. (lire en ligne)
  3. Notice n°PA50000080, base Mérimée (architecture), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture.