Gargantua

De Wikimanche

Gargantua, géant mythologique, popularisé par Rabelais, mais présent dans la tradition orale avant lui, explique dans la Manche, comme ailleurs, nombres de curiosités géologiques.

« Après la Bretagne, il n'est point à ma connaissance de province où Gargantua soit plus populaire qu'en Normandie[1]. »

C'est lui qui aurait semé trois cailloux, pour traverser à pied sec la baie du Mont-Saint-Michel, rochers devenus Tombelaine, Mont Tombe et Mont Dol. Sur le chemin du retour, son charriot aurait laissé sa trace à la Lande du Goult : une roche de grès très dure, à fleur de terre, présentant à sa surface une sorte de dépression et forme de rainure longue de 50 à 60 centimètres[1].

Une autre fois, il voulait aller à Jersey depuis Besneville en une enjambée, mais il se trouva incommodé par un gravier dans sa botte avant de traverser. Vidant sa chaussure, il laissa au bord du rivage le caillou, connu sous le nom de Mont de Besneville. La même anecdote explique la présence de la Roche d'Auderville tandis qu'il souhaitait se rendre à Aurigny depuis le cap de la Hague[1].

Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Paul Sébillot, Gargantua dans les traditions populaires, Maisonneuve et Cie, Paris, 1883. Réédité dans Contes populaires et légendes de Normandie, Presses de la Renaissance - Coll. Richesse du Folklore français, 1975.