François Noël (1829)

De Wikimanche

François Noël, né à Réville en 1829, mort en 1890, est une personnalité de la Manche.

Le pionnier de la race normande

C’est dans la seconde moitié du XIXe siècle que voit le jour la race bovine normande telle qu’on la connaît aujourd’hui. Elle est issue du croisement de trois grandes variétés, l’Augeronne, la Cauchoise et, surtout, la Cotentine. Il n’est donc pas étonnant que le Cotentin soit le berceau de notre fameuse Normande à la naissance de laquelle présidèrent plusieurs éleveurs de renom tels que Victor Gillain, de Carentan, Léonor Mériel, d’Angoville-au-Plain, ou Céran Maillard, de Sainte-Marie-du-Mont.

Mais un nom se détache parmi ces pionniers de notre race mixte. C’est celui de François Noël, éleveur du Val de Saire qui jette les bases de la race bovine normande moderne, remarquable par ses qualités bouchères et laitières. Fermier au manoir du Houguet puis à la ferme du Thôt où il élève de nombreux chevaux et une centaine de vaches sur cent vingt hectares, il se fait remarquer en 1880 en remportant le concours de bétail du congrès de l’Association Normande qui, à Valognes, vient d’adopter la thèse d’une race normande dont le standard devait être établi trois ans plus tard avec la création du Herd-Book Normand à laquelle François Noël prend une part active, jusqu’au sa mort.

Le flambeau est repris par un de ses trois fils, Casimir Noël, qui est à la pointe de la sélection entre 1894 et 1914. Un de ses taureaux, « Silencieux », est considéré comme le premier animal représentatif de la race normande. Son élevage donne aussi naissance à d’autres taureaux célèbres comme « Framboisier » et « Darfour » qui sont à l’origine de l’essor de la race normande en Haute-Normandie. Casimir Noël finit en effet sa carrière dans le Pays de Caux, chez André Lavoinne, le grand éleveur normand de la première moitié du XXe siècle.

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 1, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, ISBN 2891454190

Voir aussi