François Mutschler

De Wikimanche

François Mutschler.

François Mutschler, né à Delle (Territoire de Belfort) le 8 décembre 1922, mort en 2008, est une personnalité militaire liée à la Manche.

C'est un « malgré-nous » de la Seconde Guerre mondiale, qui a sauvé plusieurs vies humaines à Pontaubault.

Biographie

De parents alsaciens, il est enrôlé de force dans l'armée allemande en 1943 alors qu'il est ouvrier boulanger dans les environs de Mulhouse [1].

Il se retrouve parmi les renforts des troupes d’occupation en France à Avranches. Déjouant la méfiance de ses supérieurs, il se fait connaître de ses compatriotes français et rejoint parfois une ferme pour écouter les messages de Radio-Londres [1].

À Pontaubault, le 3 février 1944 à trois heures du matin, les soldats allemands réveillent la population endormie, qui est dirigée et enfermée dans l'église, suite aux déraillements de trois trains de munitions et de troupes près du pont sur la Sélune. Les absents sont désignés comme suspects ; ils sont au nombre de treize. Les Allemands décident de choisir et exécuter des otages. Le gefreite Mutschler, qui fait fonction d’interprète, n’hésite pas : il parvient à escamoter les noms, bredouille en lisant et annonce finalement qu'il ne manque personne. Les Allemands renoncent et laissent les habitants rentrer chez eux [1].

Quelques jours plus tard, François Mutschler réussit enfin à déserter l’armée allemande et à rejoindre les Français[1].

Il devient chauffeur interprète dans une unité avec laquelle il participe à la libération de Paris, puis à la marche des troupes françaises de Strasbourg à Berschestesgaden où il saisit des affaires personnelles d'Hitler [1].

Brigadier-chef à l'armistice, il part pour l'Indochine avec le corps expéditionnaire français. Et c'est le retour en France. Dans une lettre datée du 25 septembre 1945, adressée au maire de Pontaubault, François Mutschler écrit : « Ce que j’ai fait dans votre village était normal ; puisque j’étais enrôlé de force dans la Wehrmacht, j’ai fait mon possible pour la France, tant que j’ai pu, car, sous l’uniforme vert, mon cœur battait le bleu, le blanc et le rouge... » [1].

Après son élection à la mairie de Pontaubault, Michel Perrouault, retrouve la trace de François Mutschler installé en région parisienne, l'invite à revenir dans la commune et, en 2005, décore François Mutschler de la médaille militaire.

Distinctions

  • Croix de guerre en 1944
  • Médaille militaire

Hommages

  • À Pontaubault, une salle d'exposition consacrée à 1944 porte le nom de François Mutschler. Elle inaugurée en octobre 2013[2].
  • Une plaque commémorative est apposée sur les vestiges de l'ancienne église de Pontaubault.
  • Le 1er août 2019, à Pontaubault, ses deux fils et un petit-fils, Cédric, engagé dans la Marine nationale, assistent à la cérémonie commémorative en son honneur dans le cadre du 75e anniversaire du Débarquement[3].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 et 1,5 Armand Le Noan, « La belle histoire de François Mutschler », pontaubault.fr (lire en ligne).
  2. « L'Espace François-Mutschler a été inauguré », Ouest-France, site internet, 16 octobre 2013.(lire en ligne)
  3. « Un héros malgré lui vu par sa famille », La Gazette de la Manche, 7 août 2019.

Lien externe