Eugène Niobey

De Wikimanche

Eugène Camille Niobey, né à Hambye le 29 janvier 1872, mort à Périers le 29 avril 1940, est une personnalité catholique de la Manche.

Le découvreur de la « Dame de Hambye »

Maire de la commune d'Hambye, le père d'Eugène Niobey, Pierre Alphonse, exerce la profession de médecin [1].

Ordonné prêtre en 1896, chanoine honoraire du Mans, licencié es lettres, Eugène Niobey fait carrière dans l’enseignement, au collège de Saint-Lô, comme professeur à l'École Massillon à Paris et comme aumônier de l'Institution Notre-Dame à Verneuil-sur-Seine (Yvelines) [2].

Historien et poète d’Hambye, son pays natal, il est surtout connu pour l’œuvre qu’il mène en faveur de la restauration de l’abbaye de Hambye [1]. Il fonde les Amis de l'Abbaye de Hambye en 1933 [2].

C’est lui qui, en 1933, découvre dans les ruines de l'abbaye les restes de Jeanne Paisnel et de son célèbre époux Louis d’Estouteville, illustre défenseur du Mont-Saint-Michel. Pour célébrer « la glorieuse vie de Jeanne Painel, Dame de Hambie », le chanoine Niobey, fin lettré et grand musicien, se fait dramaturge et metteur en scène. La pièce qu’il monte est jouée le 22 août 1937 devant cinq mille spectateurs. Une autre représentation a lieu à Saint-Lô. Le rôle de l’héroïne est confié à une actrice du Théâtre des Champs-Élysées et celui du capitaine d’Estouteville à un acteur de l’Opéra-Comique.

Il découvre également ensuite le tombeau du maréchal de France Bernardin Gigault marquis de Bellefonds au château de La Haye-Bellefond, la tombe du général Jacques Alexandre François Allix de Vaux, général d’Empire, dont le cœur est inhumé dans le cimetière de Percy, celle de Jules Fleury de Villedieu, mort après avoir été blessé sur les barricades de Paris en 1848 [3].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 2, éd. Eurocibles, Marigny.
  2. 2,0 et 2,1 Bnf (lire en ligne).
  3. « Les artisans de l’histoire en val de Sienne », Les Voix du patrimoine de Sienne, n° 30, août 2010 (lire en ligne).