Emeraude Lines

De Wikimanche

Emeraude Lines est une entreprise de transport maritime de la Manche.

Histoire

En 1904 est créée la Société des bateaux de la côte d'Émeraude qui assure la liaison entre Dinard et Saint-Servan (Ille-et-Vilaine)[1].

La création du barrage de la Rance en 1967 remet en cause la viabilité de la compagnie : une route rejoint désormais les deux villes. La solution est trouvée en 1972 avec l'ouverture d'une ligne commerciale entre Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) et Jersey avec Belle de Jersey[2].

En 1976, Belle de Jersey passe sur la ligne Granville-Jersey tandis que le catamaran Belle de Dinard reprend la ligne Saint-Malo-Jersey[2].

En 1977, une filiale est créée : Emeraude Ferries[1]. Elle assure la liaison entre Saint-Malo et Jersey avec le Solidor[3].

Le catamaran Trident remplace Belle de Jersey en 1983 et l'arrivée de Trident 2 en 1985 permet l'ouverture de la ligne entre Carteret et Gorey[2].

En 1987[1]/1988[2], la Société des bateaux de la côte d'Émeraude (Les Vedettes Blanches), Les Vedettes Vertes granvillaises et Emeraude Ferries fusionnent pour former Emeraude Lines[2]. Les couleurs de la nouvelle compagnie seront le vert et le rouge[2]. La société s'agrandit sensiblement, aquiert de nouveaux catamarans et ouvre de nouvelles lignes[2]. En 1992, la compagnie achète le service de la ligne Carteret-Jersey[1]. Pour contourner les soucis de marées présents à Carteret, la compagnie ouvre une ligne à partir de Diélette[2].

En 1994, Emeraude Lines entre dans l'ère des car-ferries high speed avec l'Emeraude puis le Solidor 2 mais ce ne sont que des solutions à court terme. Ce n'est qu'en 1996, avec l'arrivée du Solidor 3 que la compagnie peut proposer un ferry high speed sur la durée[2]. Mais ce développement de la flotte correspond avec un contexte économique défavorable : le nombre de voyageurs baisse irrémédiablement. En 1999, il est donc choisi d'acquérir un nouveau catamaran high speed flambant neuf et de plus grande taille, le Normandie Express, pour sa ligne principale, Saint-Malo-Jersey, et un second navire pour les liaisons avec Guernesey[2]. L'inconvénient immédiat est qu'avec moins de navires, la compagnie ne peut assurer autant de rotations et celles avec les ports manchois sont mises en sommeil[2].

En 1999, Emeraude Lines et Alizés Côte des Îles créent une filiale pour assurer en collaboration la liaison entre Granville et les îles Anglo-Normandes, Alizés-Emeraude, [1].

Les dépenses consenties et des problèmes avec les catamarans, notamment l'Emeraude et le Trident 5, plombent les comptes de la compagnie[2].

En 2002, le Normandie Express est vendu et il ne reste que deux navires disponibles à la compagnie, les Solidor 3 et Solidor 4 utilisables[2].

Début 2003, Emeraude Lines est mise en liquidation judiciaire. Le 2 octobre 2003, la banqueroute est prononcée, la compagnie ayant perdu 3 millions d'euros durant l'année en cours. Le 20 novembre, la société française Sogestran rachète Emeraude Lines pour 1,3 millions d'euros. La vente inclut le Solidor 2, le Solidor 4 et le Solidor 5[2].

Flotte

Emeraude Ferries
Emeraude Ferries puis Emeraude Lines
Emeraude Lines

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3 et 1,4 pavillon.houseflag.free.fr (lire en ligne)
  2. 2,00, 2,01, 2,02, 2,03, 2,04, 2,05, 2,06, 2,07, 2,08, 2,09, 2,10, 2,11, 2,12 et 2,13 « Vedettes Blanches » sur channelislandsshipping.je (lire en ligne)
  3. « Emeraude Ferries », channelislandsshipping.je (lire en ligne)

Lien interne