Dominique Gauchet

De Wikimanche

Dominique Gauchet, né à Vains le 14 août 1857 [1], mort dans cette même commune le 4 février 1931, est une personnalité militaire de la Manche.

Biographie

Il est le fils de Jean-Baptiste Gauchet, marin-pêcheur, et de Modeste Séraphine, son épouse [2]. Il naît au village du Poulet à Vains [2].

Il fait ses études à l'école de Vains où ses dons, vite révélés, motivent son admission à l'École navale [2].

Carrière militaire

Sorti de l'École navale, il commence à naviguer. Il est à Terre-Neuve en 1876 sur le Laplace [2]. En 1879, il sert dans la Direction navale des mers de Chine et du japon à bord du cuirassé Armide [2].

Après avoir servi en 1880 sur le Nièvre, il navigue en 1883 à bord des cuirassés Océan et Richelieu [2]. En 1885, promu lieutenant de vaisseau, il seconde le commandant de la Marine au Sénégal avant d'être envoyé à l'école des torpilles [2].

Il rentre à Toulon en 1887, y obtient le brevet de torpilleur et se voit confier le commandement du torpilleur 71 [2]. Le 21 mars 1889, il réussit à ramener ce bâtiment à Cherbourg « après une longue lutte dans une mer démontée » [2]. Cet explploit lui vaut la croix de la Légion d'honneur [2].

En 1892, il part pour l'Extrême-Orient à bord de la Tromphante, puis il prend en 1894 le commandement de la canonnière Le Lion, avec laquelle il sauve les nombreux naufragés du transport de troupes chinois Kowsching [2]. Cet autre exploit lui vaut la distinction du Dragon impérial que lui décerne le gouvernement chinois [2].

Nommé capitaine de frégate en 1898, il se voit confié en 1902 le commandement du croiseur Cassini [2]. Il est promu capitaine de vaisseau en 1904, il commande le Maaséna, puis le Léon-Gambetta et le Pothuau [2].

Il est promu contre-amiral en 1910 et vice-amiral en 1914, commandant en chef interallié en Méditerranée lors de la Première Guerre mondiale. Il est un « organisateur efficace de la défense contre les sous-marins » [3].

Il prend sa retraite le 14 août 1929 et se retire dans sa maison natale à Vains [2].

Il meurt le 4 février 1931, à 73 ans. Ses obsèques ont lieu le 17 février 1931 au cimetières d'Avranches, puis son corps est transporté aux Invalides à Paris [2].

Le 26 novembre 2016, la municipalité de Vains lui rend hommage par la célébration d'une messe, le dépôt d'une gerbe au cimetière et une exposition de souvenirs [4].

Distinctions

  • Grand croix de la Légion d'honneur
  • Médaille militaire
  • Ordre du Dragon impérial chinois

Hommages

Sa mémoire est perpétuée à Avranches par une rue, à Cherbourg par une rue et à Saint-Martin-de-Landelles par un parc.

À Vains, le monument Gauchet érigé le 27 novembre 1957, d'après les plans de l'architecte Cheftel lui rend hommage.[5]

Lien externe

Notes et références

  1. Le 15 août, selon Alphonse Osmond, En flânant dans les rues d'une petite ville, impr. Oberthur, Rennes, 1948, pp. 167-172.
  2. 2,00, 2,01, 2,02, 2,03, 2,04, 2,05, 2,06, 2,07, 2,08, 2,09, 2,10, 2,11, 2,12, 2,13, 2,14 et 2,15 Alphonse Osmond, En flânant dans les rues d'une petite ville, impr. Oberthur, Rennes, 1948, pp. 167-172.
  3. André Dupont, Histoire du département de la Manche, tome IX, éd. Ocep, 1989.
  4. « Le vice-amiral Gauchet célébré à Vains », Dimanche Ouest-France, 27 novembre 2016.
  5. « Vains rend hommage à l'Amiral Gauchet », La Manche Libre.fr, 25 novembre 2016 (lire en ligne)

Voir aussi