Contrières

De Wikimanche

Contrières est une ancienne commune du département de la Manche, intégrée au sein de la commune nouvelle de Quettreville-sur-Sienne le 1er janvier 2019.


Commune déléguée de Contrières
(commune de Quettreville-sur-Sienne)
Coordonnées de la mairie annexe Logo-Mairie.png
48° 59' 14.83" N, 1° 25' 43.55" W (OSM)
Arrondissement Coutances
Chargement de la carte...
Canton Quettreville-sur-Sienne
Ancien canton Montmartin-sur-Mer
Intercommunalité CC Coutances Mer et Bocage
Gentilé Contrièrais(es)
Population 378 hab. (2016)
Superficie 9,12 km²
Densité 41 hab./km2
Altitude 8 m (mini) - 101 m (maxi)
Code postal 50660
N° INSEE 50140
Maire délégué Camille Marie
Communes limitrophes de Contrières
Orval Orval, Saussey Saussey, Saint-Denis-le-Vêtu
Quettreville-sur-Sienne Contrières Saint-Denis-le-Vêtu
Quettreville-sur-Sienne Quettreville-sur-Sienne Trelly

L'église Sainte-Marguerite
L'église Sainte-Marguerite



Toponymie

Attestations anciennes

  • ecclesia de Contreriis 1180/1189 [vidimus de 1310] [1].
  • [abl.] Contrariis s.d. (12e / 13e s.) [2].
  • Contreires 1206 [2].
  • [abl.] Contreriis 1213 [2].
  • Contreres 1230 [2].
  • Contrerie [sic] 1235 [3].
  • [abl.] Contreriis 1253 [2].
  • Contrieres 1351/1352 [4], 1612/1636 [5], 1677 [6], 1689 [7], 1694 [8], ~1700 [9], 1713 [10].
  • Contriere 1716 [11].
  • Contrieres 1719 [12].
  • Cantrieres 1757 [13].
  • Contrieres 1758 [14], 1753/1785 [15].
  • Contriéres 1793 [16].
  • Contrières 1801 [17],
  • Co[n]trieres 1804 [18].
  • Contrières 1828 [19], 1829 [20], 1830 [21], 1837 [22], 1835/1845 [23].
  • Contrieres 1854 [24].
  • Contrières 1878 [25], 1889 [26], 1903 [27], 1962 [28].
  • Contrieres 1978 [29].
  • Contrières 1993 [29], 2007 [30].

Étymologie

Trois spécialistes ont étudié ce nom : Albert Dauzat [31], François de Beaurepaire [2], puis René Lepelley [32]. Les deux derniers n'ont pas remis en cause l'analyse d'Albert Dauzat qui associe Contrières à Contre (Charente-Maritime; Somme) et Contres (Loir-et-Cher; Sarthe), et qui y voit un dérivé du latin contra « contre; en face » : en l'occurrence, une formation gallo-romane °CONTRARIAS (TERRAS), « (les terres) d'en face », « (les terres) opposées », tirée du latin contrarius « opposé ». François de Beaurepaire mentionne en outre la locution contraria ripa « rive opposée » attestée en latin médiéval, qui permettrait selon lui d'expliquer cette dénomination de Contrières, « occupant un site opposé par rapport à l'autre rive de la Sienne ».

Cette étymologie ne pose aucun souci d'ordre phonétique. Il faut cependant noter certains points :

  • D'une part, Contrières n'est pas directement située au bord de la Sienne, mais à près de deux kilomètres de cette rivière; le cours d'eau qui baigne la localité est le ruisseau de Beaudebec sur la rive gauche duquel elle se trouve, sur une légère hauteur. Cette localisation n'a absolument rien de remarquable, d'autant qu'il n'y a pas grand chose de particulier de l'autre côté, sinon une autre hauteur, un peu plus prononcée, et quelques hameaux. La commune de Saussey est certes située en face, mais également à plus de deux kilomètres. En outre, elle est séparée de Contrières par un second cours d'eau, le ruisseau de Malfiance (elle n'est donc pas sur l'autre rive du ruisseau de Beaudebec), ainsi que par la hauteur qui vient d'être évoquée. Est-ce cette dernière disposition qui a suscité un tel nom ? Il faudrait alors considérer qu'il fait allusion au site de Contrières « de l'autre côté (de la butte) », par rapport à Saussey.
  • C'est sans doute le manque de motivation nette qui a fait hésiter Ernest Nègre : celui-ci en effet ne mentionne même pas le toponyme dans son ouvrage qui frôle pourtant l'exhaustivité [33], considérant donc implicitement l'origine de Contrières comme incertaine.

Le moins que l'on puisse dire est que, si l'étymologie jusqu'ici acceptée de Contrières est correcte, sa motivation ne saute pas aux yeux. Reste la possibilité d'une origine différente, qui demeure également à démontrer.

Géographie

Histoire

La commune absorbe celle de Quesney en l'an III [2] (1795).

Le 1er janvier 2019, Contrières fusionne au sein de Quettreville-sur-Sienne avec Hérenguerville et Trelly par arrêté du 11 septembre 2018 modifié par l'arrêté du 27 septembre 2018 [34].

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[35]. En 2016, la commune comptait 378 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [36] et INSEE [37])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
754 916 953 965 803 792 776 751 710 679
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
679 664 641 645 615 596 565 572 546 505
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
465 443 452 456 433 418 450 388 344 335
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
298 335 332 368 373 378 383 392 386 383
2013 2014 2015 2016 - - - - - -
379 383 384 378
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[38] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-1794 Jean-François Girard (1792)
.......-....... Leroyer (1794)
.......-....... ....
.......-1797 Jean-François Girard (1796)
1797-1797 Amand Lementonnois
1798-1800 Jean Vastel
1800-1815 Amand Lementonnois
1815-1843 François Louvel de Monceaux décédé en exercice le 20 juillet 1843
1843-1855 Frédéric Deguelle
1855-1860 François Deguelle
1860-1878 Ernest-Hippolyte de Cahouët (1861), (1868)
1878-1884 Frédéric Deguelle
1884-1896 Eugène Legraverend
1896-1899 Albert Deguelle
1899-1912 Désiré Deguelle
1913-1923 Emmanuel Heurtaux
1923-1925 Albert Delarue
1925-1929 Ernest Boudier
1929-1935 Alfred Hue
1935-1959 Bienaimé Larsonneur
1959-1982 René Lécuyer
1983-1995 André Lebrun
1995-2018 Camille Marie SE négociant, retraité
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes et lieux de vie de la Manche
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Mairie annexe

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2014).

La mairie (2014).

Adresse : 1 Le Bourg
50660 Contrières

Tél. 02 33 76 61 56
Fax : 02 33 76 61 57
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (8 juillet 2012)

Mardi - 14 h 30 - 17 h 30
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi 9 h - 12 h -
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Sainte-Marguerite.
  • Patron (présentation) : l'abbé de Saint-Lô.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

  • Église Sainte-Marguerite d'origine romane : clocher-porche carré au toit en bâtière, fenêtres gothiques, fonts baptismaux romans du 12e siècle classés à titre d'objet aux Monuments historiques.
  • Vallée de la Sienne à son confluent avec la Vanne.
  • Manoir de Contrières (16e).
  • Château de Montceaux (18e/19e).
  • Château du Quesnay (17e) : piliers octogonaux en damier pierre et brique.
  • Moulin du Quesnay

Personnalités liées à la commune

Économie

Notes et références

  1. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. II, 1920, p. 364, § DCCXXXV.
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3, 2,4, 2,5 et 2,6 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 104.
  3. Léopold Delisle, Le cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI (2e série, 6e vol.), Paris, 1852, p. 66a, § 412.
  4. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 366C.
  5. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BnF, ms. fr. 4620].
  6. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  7. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BnF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  8. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BnF, IFN-7710251].
  9. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  10. Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  11. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  12. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  13. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 12.
  14. G. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  15. Carte de Cassini.
  16. Site Cassini.
  17. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris, 1801-1870.
  18. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 47c.
  19. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 426.
  20. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Coutances, p. 142.
  21. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. II, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 350b.
  22. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 548a.
  23. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  24. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  25. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 346.
  26. Carte de la Manche, in Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1889.
  27. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  28. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  29. 29,0 et 29,1 Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  30. Carte IGN au 1 : 25 000.
  31. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 209a s.v. Contre.
  32. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 99b.
  33. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. I 1990, t. II et III 1991.
  34. « Recueil des actes administratifs - Septembre 2018 », manche.gouv.fr, (lire en ligne), consulté le 17 octobre 2018.
  35. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  36. Population avant le recensement de 1962.
  37. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  38. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.