Cimetière de Saint-Lô

De Wikimanche

Carré des victimes civiles de 1944.

Le cimetière de Saint-Lô est un équipement public de la Manche.

Sur un terrain de six hectares[1], il abrite 4 951 sépultures et 8 402 inhumés.

Le deuxième carré accueille les sépultures de soldats, le troisième celles des victimes civiles des bombardements de 1944.

Inhumés remarqués

Monuments remarquables

Tombe de Louis Heulin

De nombreux mausolées portent encore des traces des combats de 1944.

  • Plaque commémorative à la mémoire du général américain Charles Hunter Gerhardt (1895-1976), libérateur de Saint-Lô le 18 juin 1944 (inaugurée le 4 juin 1994) [4].
  • Mausolée de la famille d'Alexandre Blanchet qui a servi de poste de commandement aux soldats américains en juillet 1944. Dans la crypte, le tombeau s'inspire de celui de Napoléon Ier [4].
  • Chapelle Defrance, néo-antique avec soubassement en granite et pierre de Caen, avec un autel. Sur la grille, un ange doté de quatre ailes et un sablier ailé (symbole de l'éternité) entouré de fleurs de pavot [4].
  • Chapelle Sainte-Croix présentant une ouverture et un oculus trilobés. C'est une souscription de 1873 [4].
  • Chapelle de la famille Auger.
  • Tombeau sarcophage de Louis Heulin surmonté d'une composition en bronze par Jules Franceschi, datée de 1863 [4].
  • Chapelle de la famille Auvray, à pointes de diamant.
  • Chapelle de la famille de Michel Jacques François Achard (1778-1865), militaire, conseiller général [3].
  • Mausolée dolmen de la famille Letenneur, une des grandes fortunes de la Manche. Deux allégories de la mort, sans visage, dans un linceul, soutiennent un rocher brut.
  • Tombe atypique de Charles Mathurin Delaplanche (1827-1886), directeur de l'école normale d'instituteurs.
  • Poudrière allemande de 1944, à l'écart, elle a permis aux Allemands de stocker leurs munitions durant l'occupation de la France de 1939 à 1944 [4].
  • Croix de peste : ornée d'excroissances arrondies symbolisant les bubons de la maladie.

Le carré militaire

La Pleureuse

Rénové en 1986-1987 par le Souvenir français, il comporte 229 stèles de morts pour la France. On y trouve notamment :

  • la Pleureuse, monument aux morts de la guerre de 1870 représentant Marianne en pleurs, drapée dans son voile de deuil, allégorie de la douleur [3].
  • le monument aux morts du souvenir français : stèle de granit représentant une main tenant une torche.
  • la tombe de Daniel de Losques, mort pour la France à 35 ans. Elle est surmontée d'une colonne brisée en marbre blanc de Carrare, symbolisant la jeunesse fauchée dans la fleur de l'âge. Le socle de la colonne est orné d'une palme, symbole de l'espérance [4].

Situation

Il est situé rue du Général-Gerhardt.

Chargement de la carte...

Notes et références

  1. « Tout savoir sur les cimetières », La Manche Libre, site internet, 27 octobre 2011 (lire en ligne).
  2. Photo du caveau familial.
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 Cimetières de France et d'ailleurs, site internet, consulté le 13 mars 2018 (lire en ligne).
  4. 4,0 4,1 4,2 4,3 4,4 4,5 et 4,6 Fiche sur le cimetière de Saint-Lô réalisée par des élèves du collège Pasteur de Saint-Lô, 2017 (lire en ligne).

Lien interne

Lien externe