Charles Birette

De Wikimanche

Charles Birette (1910).

Charles Louis Michel Birette, né à Montfarville le 19 août 1878, mort à Dinan (Côtes-d'Armor) le 18 juin 1941, est un écrivain et dialectologue de la Manche.

Biographie

Charles Birette naît à Montfarville, au village de La Bouillonnière, dans une famille de cultivateurs. Il fait ses études secondaires au collège de Valognes. Il se dirige vers la religion. Il entre au noviciat des Eudistes à Plancoët (Côtes-d'Armor). Il est ordonné prêtre à Coutances en 1903. Il part en mission au Canada. De retour en France, il est en poste à Noyal-sur-Vilaine (Ille-et-Vilaine), Niafles (Mayenne) et Plancoët.

Pendant la Première Guerre mondiale, il est mobilisé comme infirmier. Il enseigne à l'Institut Saint-Paul à Cherbourg de 1920 à 1923, puis à l'Institut Saint-Lô à Agneaux et à l'Institution Sainte-Marie à Caen.

Il a beaucoup écrit sur le Val de Saire, ses coutumes, ses légendes et son parler, et rédigé dans le patois de cette région du nord-est du Cotentin un certain nombre de légendes, dans une graphie conciliant l'orthographe française traditionnelle et la notation phonétique.

Dialecte et légendes du Val de Saire (1927).

Entre 1937 et 1941, il publie plusieurs articles dans Cherbourg-Éclair et dans Le Bouais-Jan [1].

Outre ses œuvres dialectales, il est l’auteur de plusieurs recueils de poésie (Barcarolle, Hantise, Le Vieux château) et d’intéressants travaux historiques sur Valognes, sur les origines du christianisme en Normandie, sur le Val-de-Saire et sur la jeunesse de Guillaume le Conquérant [2].

Il est inhumé à Montfarville.

Œuvres

  • À l'entoure de la Gremillie.
  • Dialecte et légendes du Val de Saire, Picard, Paris, 1927.
  • Le Val de Saire illustré, Société d'impression de Basse-Normandie, 1932.

Notes et références

  1. Jean-Louis Vaneille, Les Patoisants bas-normands, 1re série, , éd. de Scripta, sd (1952).
  2. Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 1, éd. Eurocibles, Marigny, 2001.

Lien externe