Chèvres de la Hague

De Wikimanche

Devant le nez de Voidries.
Chèvres Sauvages de la Hague au Bec de l'Âne.

Les chèvres de la Hague, parfois aussi appelées chèvres de Jobourg, sont une espèce de chèvres sauvages qui vit sur les falaises de la Hague.

Histoire

Ces chèvres aux poils longs, de race « commune de l'Ouest » ou « chèvres des fossées », rattachées originellement aux fermes locales, ont été laissées en liberté puis abandonnées dans les années 1970 : elles sont devenues peu à peu sauvages.

Dans les années 1980, le Groupe mammalogique normand (GMN) a alerté l'opinion sur le risque de voir disparaître le troupeau, ce qui a provoqué une prise de conscience. Des mesures ont été prises pour le préserver.

Aujourd'hui, le troupeau est géré par le Conservatoire du littoral par le biais d'une convention passée entre ce dernier, la commune de Jobourg et le Syndicat mixte des espaces littoraux de la Manche (SYMEL).

Effectif

En 2003, le troupeau compte 20 femelles et 15 mâles : 17 mâles et 4 femelles dix ans plus tôt. Mais la tempête de mai 2003 a provoqué une hécatombe : 23 chèvres tuées. Le troupeau se reconstitue peu à peu.

En 2009, Le troupeau de chèvres férales est constitué de deux mâles et trois femelles[1].

Situation géographique

Le troupeau vit entre Auderville et Herqueville. On peut parfois apercevoir quelques-unes de ses têtes en empruntant le chemin des douaniers [2].

Notes et références

  1. Le littoral de Jobourg
  2. Philippe Bertin, « Les chèvres de la Hague », Sentiers des douaniers de la Manche, éd. Ouest-France, 1995

Lien externe