Centre hospitalier mémorial

De Wikimanche

L'hôpital et sa fresque (à droite).
L'hôpital mémorial : l'entrée.

Le centre hospitalier mémorial France-États-Unis est un établissement sanitaire de la Manche, situé à Saint-Lô.

Sa conception est due à Paul Nelson (1895-1979), architecte américain vivant en France.

Histoire

L’hôpital de Saint-Lô est situé sur les bords de la Vire jusqu'à sa destruction en 1944. La Croix-Rouge irlandaise installe un hôpital temporaire à l'emplacement du collège Pasteur. Il fonctionne de 1946 à 1956.

Georges Lavalley (1894-1959) se bat pour obtenir la reconstruction de l'hôpital détruit par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

L'hôpital mémorial est construit grâce à l'aide financière apportée par le peuple américain, sollicité par une collecte organisée à partir de 1946.

La première pierre est posée le 18 juillet 1948 par Germaine Poinso-Chapuis, ministre de la Santé publique, en présence de Jefferson Cattery, ambassadeur des États-Unis en France.[1]

Une première partie est inaugurée le 10 mai 1956 [2]. Le secrétaire d'État à la Santé, André Maroselli, et le secrétaire d'État à la Reconstruction et au Logement, Bernard Chochoy, sont présents aux côtés du maire, Henri Liébard [3]. La nouvelle réalisation est, à cette époque, « l'un des hôpitaux français les plus modernes », peut-être « le plus moderne d'Europe » [3]. Pour Douglas Dillon, ambassadeur des États-Unis en France, « cet établissement se dresse aux yeux du monde comme l'une des réalisations les plus parfaites de la science médiale moderne » [3].

Construit sur un modèle importé des États-Unis, l'hôpital offre alors 400 lits [3]. Aucune chambre n'a plus de quatre lits. De grandes baies vitrées donnent sur le parc.

En 1960, ouverture de l'école d'infirmières, d'une salle de spécialités au bloc opératoire et de logements.

Les travaux sont complètement terminés en 1967.

Le peintre normand Fernand Léger (1881-1955) signe la mosaïque de 40 mètres carrés qui se trouve à l'entrée [2].

L'hôpital est classé Monument historique (MH) le 21 janvier 2008.

Conception

L'architecte Paul Nelson met « la lumière, la couleur et l'espace » au centre de ses objectifs lorsqu'il conçoit l'hôpital, indique Donato Severo, docteur en histoire de l'architecture lors d'une visite de l'hôpital [4]. L'établissement est organisé « à l'américaine », avec cinq salles d'opération ovoïdes (une seule a été conservée), disposant d'un éclairage réglable grâce à 67 spots, et d'un système de renouvellement de l'air [4]. Pour Donato Severo, Saint-Lô est « la Ferrari de l'hôpital du XXe siècle » [4].

Capacité

L'hôpital propose 488 lits , qui se répartissent ainsi : médecine (180), chirurgie (96), obstétrique (35), hôpital de jour (40), soins de suite (30), long séjour (95), et dialyse (12).

Services

Logo.
  • Anesthésie
  • Bloc opératoire
  • Cardiologie
  • Chirurgie
  • Dialyse
  • Gastro-entérologie
  • Gynécologie
  • Neurologie
  • Oncologie
  • ORL
  • Orthopédie
  • Radiologie
  • Rééducation fonctionnelle
  • Soins palliatifs

...

Bibliographie

  • Centre hospitalier mémorial de Saint-Lô, Ouest-France, numéro hors-série, 2014
  • Georges Beisson, « L'hôpital mémorial France-États-Unis de Saint-Lô (1956) : le premier hôpital en hauteur moderne de France. », Livraisons d'histoire de l'architecture, n°7, 1er semestre 2004. pp. 9-23. (lire sur persee.fr)

Administration

Adresse : 715, rue Henri-Dunant
50009 Saint-Lô Cedex
Tél. 02 33 06 33 33
Fax : 02 33 06 34 60
Courriel : direction@ch-stlo.fr
Directeur : Thierry Lugbull

Notes et références

  1. George Beisson, op. cité en bibliographie, p.11
  2. 2,0 et 2,1 « 120 ans en Cotentin 1889-2009 », La Presse de la Manche, hors-série, novembre 2009.
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 « Les années 50 dans la Manche », Ouest-France, hors-série, sd, p. 18.
  4. 4,0 4,1 et 4,2 Nathalie Lecornu-Baert, « La Ferrari de l'hôpital du XXe siècle », Dimanche Ouest-France, 30 mars 2014.

Lien interne

Liens externes