Centre aéronaval maritime de Cherbourg

De Wikimanche

Le Centre aéronaval maritime de Cherbourg était une base d'aviation militaire de la Manche, située à Cherbourg.

Amerissage en petite rade.

Historique

Comme son nom l'indique, il s'agit d'une base d'hydravions. À l'origine, sa flottille comprend 6 hydravions de haute-mer et 25 hydravions de patrouille. La rade lui offre son espace de décollage et d'atterrissage.

Elle est inaugurée le 1er mars 1917 sur le terrain de Chantereyne, à proximité de l'arsenal, et regroupe alors 6 hydravions, 5 ballons dirigeables et 4 ballons captifs [1].

L'effectif de la base est de 156 hommes.

Un Centre de ballons captifs y est intégré en juillet 1917. La première ascension a lieu le 1er septembre 1917.

Une usine de production d'hydrogène lui est adjointe au début des années 1920 [2].

En 1927, la base de Chantereyne abrite plusieurs escadrilles de défense côtière composées notamment d'hydravions CAMS, Goliath et Latham [3]. Une voie ferrée permet aux avions de gagner facilement le slip de mise à l'eau situé en petite rade. La base est également équipée d'une armurerie, d'un banc d'essai de moteurs, d'un service de météorologie, d'une station de radiotélégraphie et de plusieurs magasins de réserve [3]. On attend la mise en service d'une grue de 30 tonnes permettant la mise à l'eau des avions sans avoir à tenir compte des marées [3]. Mais des travaux sont déjà engagés à Querqueville pour construire une nouvelle base, plus grande.

Môle d'amarrage.

Le 6 avril 1937, la Base d'aéronautique maritime de Cherbourg-Chantereyne change légèrement de dénomination en devenant « Base d'aéronautique navale de Cherbourg-Chantereyne ».

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, elle accueille 600 hommes [4].

En juin 1940, à l'approche de l'armée allemande, les installations sont détruites, à l'exception de deux hangars, et la base est évacuée.

Les hangars subsistent encore aujourd'hui. Ils abritent la caserne des marins-pompiers.

Dénominations

  • Centre d'aviation maritime de Cherbourg (1er mars 1917)
  • Centre principal d'hydravions de Cherbourg-Chantereyne (1927)
  • Base d'aéronautique maritime de Cherbourg-Chantereyne (1928)
  • Base principale d'aéronautique maritime de Cherbourg-Chantereyne (1930)
  • Base d'aéronautique navale de Cherbourg-Chantereyne (6 avril 1937)

Faits divers

  • Au début du mois de décembre 1923, un hydravion de la base, le Latham CH4, s'écrase en mer de la Manche lors de manœuvres entre Cherbourg et Calais. L'accident fait quatre morts parmi ses huit membres d'équipage [5]. Le lieutenant de vaisseau Dauvin est tué sur le coup, les trois autres aviateurs meurent lors d'une collision avec l'aviso Ailette, venu à leur secours.
  • En mars 1940, le centre accueille le tirage de la « tranche de la marine » de la Loterie nationale, qui attire 20 000 personnes [7]. C'est la première fois que le centre est ouvert au public.

Notes et références

  1. Voir l'article La Première Guerre mondiale dans la Manche.
  2. Paul Bailly, « Le port militaire de Cherbourg : arsenal et rade », L'Illustration économique et financière, numéro spécial « La Manche », 28 août 1926.
  3. 3,0 3,1 et 3,2 « 120 ans en Cotentin 1889-2009 », La Presse de la Manche, hors-série, novembre 2009, p. 86.
  4. Michel Hébert et Philippe Coligneaux, Cherbourg, tome 2, éd. Alan Sutton, coll. Mémoire en images, 1996, p. 32.
  5. « 120 ans en Cotentin », La Presse de la Manche, hors-série, novembre 2009, p. 78.
  6. Cherbourg-Éclair, 12 janvier 1926.
  7. « La tranche de la marine a été tirée en présence de 20 000 personnes », Cherbourg-Éclair, 11 mars 1940.

Lien interne