Catherine École-Boivin

De Wikimanche

Catherine École-Boivin, née à Cherbourg le 19 août 1966[1], est une écrivaine de la Manche.

Catherine Boivin suit des études en histoire, et est diplômée d'un master 2 en sciences de l'éducation « éducation, formation et intervention sociale » (Paris VIII)[2].

Après le succès de son premier roman, Jeanne de Jobourg, parole d'une paysanne du Cotentin, en 2001, elle se spécialise dans les romans et documents historiques et biographiques basés dans la Hague et la Normandie du XXe siècle : Jean de la Mer : paroles d'un Mathieu-Sala du Cotentin (2002), La Hague, Embruns de mémoires (2002), La Petite misère, Cotentin, Embruns de guerre, L'Enfant loup de Blanche, Paul, Dans les pas du père (mémoires de Paul Bedel), Les Bergers blancs (2011), Mimi Guillam, cahier de vie d'une institutrice, Testament d'un paysan en voie de dispariton, Les Marées du père Yvon, mémoires d'Yvon David...

Certains de ses ouvrages sont traduits en allemand et en coréen.

Elle reçoit le 18 novembre 2012, lors du salon du livre de Cheux, le prix Reine Mathilde 2012 pour son roman Les Bergers blancs.

Notes et références

  1. Notice d'autorité n°FRBNF13770925, Bibliothèque nationale de France.
  2. « Avec les « Bergers blancs », Catherine École-Boivin renoue avec la Hague », http://www.lahague.com, 28 novembre 2011.

Lien externe