Cance

De Wikimanche

La Cance dévalant la grande cascade de Mortain.
La Cance au pied des ruines du château de Mortain (1839)

La Cance, ou Canse, est une rivière de la Manche.

Description

La Cance est formée de la confluence de divers ruisseaux à Saint-Clément-Rancoudray.

Affluent rive droite de la Sélune, elle traverse Mortain, longe Bion et Notre-Dame-du-Touchet.

Avec son affluent, le Cançon, la Cance forme les grande cascade et petite cascade de Mortain.

Hydronymie

Attestations directes

  • Cance 1720 [1], 1753/1785 [2].
  • Riviére de Cances, Riviere de Cances 1809 [3].
  • la Cance 1825/1866 [4], 1884 [5], 2007 [6].

Attestations indirectes

Elles concernent un ancien pont et hameau sur la Cance, à la limite de Bion et de Notre-Dame-du-Touchet. Ce lieu aujourd'hui disparu devait correspondre au passage de l'actuelle D 47 sur la Cance.

  • Cance 1720 [1].

Étymologie

Ce nom a été assimilé par divers spécialistes à un type hydronymique Cance / Canche (Manche, Orne, Eure, Seine-Maritime, Pas-de-Calais, Ardèche, Côte-d'Or, Saône-et-Loire), d’origine très discutée.

  • Marcel Baudot [7] se borne à constater la fréquence élevée du type en Normandie, et à le rapprocher d'un appellatif canche, désignant la mare dans le Centre de la France, et une dépression dans un terrain en Anjou.
  • Albert Dauzat [8], arguant d'une part du fait que ce nom se relève dans des zones (Orne, Ardèche, sud de la Manche, etc.) où le groupe c + a initial aboutit normalement à [ʃ], ch-, et d'autre part que les premières graphies du nom de la Canche (Pas-de-Calais) sont toutes en qua-, rejette quant à lui l'hypothèse faite antérieurement d'un étymon gaulois canto- « brillant », et propose une « racine pré-latine obscure » °quant- sur laquelle aurait été formée la proto-forme °Quantia.
  • Ernest Nègre [9], partant dans une toute autre direction, n'analyse que les deux hydronymes du Pas-de-Calais et de l'Ardèche qu'il explique par une formation latine °cub-antia au sens de (aqua) cubans « eau dormante », rejoignant ainsi l'un des sens de l'appellatif cité par Marcel Baudot, et proposant du même coup l'origine du fameux radical °quant-, qui procède naturellement de °cub-ant-. Il laisse cependant de côté tous les hydronymes normands, sans doute par manque d'attestations anciennes.

Nous avons déjà fait remarquer à l'article Carnet (et indirectement à l'article Carolles) que la conservation de [k] devant [a] est possible, dans une certaine mesure, au sud de la ligne Joret, et qu'en tous cas elle l'est, manifestement, dans l'Orne [10]. C'est pourquoi il semble envisageable de proposer, du moins pour les deux Cance de la Manche et de l'Orne (Caence 1716 [11]), une autre explication qui, à nos yeux, a le mérite de coller à la réalité géographique. La caractéristique commune de ces deux cours d'eau est en effet l'idée de « chute » ou de « disparition » : la Cance de l'Orne disparaît brièvement sous terre entre Boucé et Avoine, et celle de la Manche, comme il a été dit, forme avec le Cançon les cascades du Saut du Diable et du Saut du Puits à Mortain. Le nom de Cance pourrait représenter dans les deux cas le produit du gallo-roman °CADENTIA < latin populaire °cadentia « chute; disparition » (mot dérivé de cadēre « tomber, choir »), qui aboutit à cheance en ancien français et chance en français moderne (le sens primitif de ce mot est « chute (des dés) »). On aurait alors affaire ici à un traitement normano-picard de l’initiale mais non de la finale [12].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 3 : Fougères, Vire et Avranches, 1720 [BnF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, III) B].
  2. Carte de Cassini.
  3. Cadastre napoléonien, Archives départementales de la Manche.
  4. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  5. E.-A. Pigeon, Carte du diocèse d’Avranches, A. Herluison, Orléans, 1884 [BnF, GED-1158].
  6. Carte IGN au 1 : 25.000.
  7. Marcel Baudot, « Stratigraphie hydronymique de la Normandie », in Proceedings of the 9th international congress of onomastic sciences, Londres , 1966, p. 134-150; reproduit dans Marcel Baudot, Études d'onomastique et d'histoire normande, Société parisienne d'histoire et d'archéologie normandes, Nogent-sur-Marne, 1982, p. 81-97; voir en particulier p. 90.
  8. Albert Dauzat, Gaston Deslandes et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de rivières et de montagnes en France, Klincksieck, Paris, 1978, p. 32b.
  9. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. I, 1990, p. 298, § 5074.
  10. Sur ce sujet, voir en particulier Dominique Fournier, « Si Soccane m’était contée… nous irions planter des saules sur la ligne Joret », in Histoire et Traditions Populaires n° 119 (septembre 2012), p. 62-71.
  11. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  12. Un tel traitement partiellement dialectal est attesté ailleurs en Normandie : ainsi Soquence (ancienne commune aujourd’hui réunie au Mesnil-Mauger dans le Calvados) < °SALIC-ÁNTIA, « l’endroit où il y a des saules » (gaulois salico-)