Camp de Barenton

De Wikimanche

Le camp de Barenton est une ancienne structure d'internement de la Manche, située à Barenton.

Le camp est créé le 11 avril 1941 sur les instructions de Gaston Mumber, préfet de la Manche dans deux bâtiments de l'ancienne cité dépendant de la mine de fer de Barenton [1]. Il est réservé aux tsiganes, précédemment cantonnés sur le champ de foire de Gavray [2].

Deux bâtiments en brique sont affectés à ce camp : un pour les internés, compartimenté en 16 pièces, l'autre pour le personnel de surveillance. Il n'y a ni eau ni électricité. Le camp est prévu pour une capacité de 40 personnes [1]. On en compte 36 en janvier 1942 : 12 hommes, 6 femmes, et 18 enfants [1].

Une clôture de barbelés ceinture le camp. Cinq gendarmes sont affectés à la surveillance [1].

Les tsiganes vivent là très misérablement [2]. Les adultes peuvent se rendre librement deux fois par semaine à Barenton [2]. Plusieurs enfants fréquentent l'école du bourg.

Le 8 octobre 1942, les tsiganes sont transférés à Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), où il arrivent le lendemain [1].

Souvenir

Un stèle est inaugurée le 11 octobre 2008 [3]. On peut y lire l'inscription suivante : « 11 avril 1941 – 8 octobre 1942. Ici, l’occupant nazi, avec la complicité des autorités de Vichy a fait interner les gens du voyage. Des enfants, des vieillards, des femmes et des hommes ont souffert. Souvenons-nous, pour que rien de semblable ne survienne demain ! ».

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 Jacques Sigot, « Les Camps », Études tsiganes, vol. 6, n° 5, février 1995 (Lire en ligne).
  2. 2,0 2,1 et 2,2 Olivier Jouault, « Instructions pour la création d’un camp de cantonnement de nomades (Barenton, 4 avril 1941) », Didac'doc, n° 12, octobre 2010 (Lire en ligne).
  3. « À Barenton, 67 ans après, une stèle en mémoire du du camp d'internement tsigane », Ouest-France, 13 octobre 2008.