Bricqueville-sur-Mer

De Wikimanche

Bricqueville-sur-Mer est une commune du département de la Manche.

Elle fut également appelée Bricqueville-les-Salines, nom que l'on rencontre encore parfois dans l'usage local.

Commune de Bricqueville-sur-Mer Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
48° 54' 46.62" N, 1° 31' 17.67" W (OSM)
Arrondissement Coutances
Chargement de la carte...
Canton Bréhal
Ancien canton Bréhal
Intercommunalité CC de Granville, terre et mer
Gentilé Bricquais(es)
Population 1 195 hab. (2015)
Superficie 12,88 km²
Densité 93 hab./km2
Altitude 3 m (mini) - 73 m (maxi)
Code postal 50290
N° INSEE 50085
Maire Hervé Bougon
Communes limitrophes de Bricqueville-sur-Mer
Mer de la Manche Lingreville Muneville-sur-Mer
Mer de la Manche Bricqueville-sur-Mer Cérences
Bréhal Bréhal Bréhal

L'église Saint-Vigor.
L'église Saint-Vigor.


Toponymie

Attestations anciennes

  • Briquevilla 1022/1026 [1].
  • Bricchevilla 1154 [2].
  • Brikevilla 1227 [2].
  • Bricquevilla 1263 [2].
  • ecclesi[a] Sancti Vigoris de Briquevilla supra Mare 1332 [3].
  • Briqueville sur la mer 1349 [2].
  • Briquevilla 1351/1352 [4].
  • Barkalau [sic] 1585 [5].
  • Briqueuille [lire Briqueville] 1635 [6].
  • Bricqueville 1612/1636 [7].
  • Bricqueville pres la Mer 1677 [8].
  • Brique Ville 1693 [9].
  • Briqueville 1694 [10].
  • Briqueville prez la Mer 18e s. [11].
  • Bricqueville pres la Mer 1713 [12].
  • Briqueville 1716 [13], 1749 [14].
  • Briqueville pres la Mer 1719 [15].
  • Briqueville 1749 [16], 1758 [17].
  • Bricqueville pres la Mer 1753/1785 [18].
  • Briqueville av. 1790 [19].
  • Bricqueville prés la Mer 1793 [20].
  • Briqueville-sur-Mer 1801 [21].
  • Briquevile-sur-mer 1804 [22].
  • Briqueville-sur-Mer 1828 [23].
  • Bricqueville-sur-Mer 1829 [24].
  • Bricqueville-sur Mer 1854 [25].
  • Bricqueville sur Mer 1889 [26].
  • Bricqueville-sur-Mer 1903 [27], 1962 [28].
  • Bricqueville-sur-la-Mer 1972 [29].
  • Bricqueville sur Mer 1978, 1993 [30].
  • Bricqueville-sur-Mer 2007 [31].

Étymologie

Toponyme médiéval en -ville (élément issu du gallo-roman VILLA « domaine rural »). Le premier élément est probablement le nom de personne d'origine scandinave °Briki, d'où le sens global de « domaine rural de °Briki ». Le toponyme a sans doute été créé au 10e siècle, moins certainement au 11e siècle. L'anthroponyme °Briki semble également figurer dans les noms de Bricqueville-la-Blouette, Bricqueville (commune du Calvados; hameau à Vesly dans la Manche), sans doute dans Bricqueboscq, Bricquebost, autre hameau à Vesly, et peut-être dans Bricquebec.

°Briki est cependant un nom hypothétique, postulé pour expliquer deux toponymes danois en -thorp « village » [32]. François de Beaurepaire [2] considère ce nom comme anglo-scandinave, et pense le retrouver dans les noms des toponymes anglais Brickendon (Hertfordshire), Brigsley (Lincolnshire) et Brigham (Cumberland), que tous les spécialistes britanniques [33] rattachent — avec raison semble-t-il, au vu des formes anciennes — à l'ancien anglais bruċġ « pont ».

Une autre explication, considérée par François de Beaurepaire [2], est de voir dans le premier élément Bricque- un nom de personne d'origine germanique Bricco, qui a l'avantage d'être attesté, et qui est, hors de la Normandie, à l'origine des noms de Briquemesnil (Somme) et Briconville (Eure-et-Loir). Cette solution est aussi celle vers laquelle penchait plutôt Albert Dauzat [34], alors qu'Ernest Nègre propose le nom d'homme germanique Bericho (comprendre Beriko) [35]. Marie-Thérèse Morlet considère implicitement l'anthroponyme à l'origine de Bricqueville comme scandinave, puisqu'elle ne le fait pas figurer dans son ouvrage [36] qui ne recense que les noms d'origines gallo-romaine et germanique.

On pourra remarquer que °Briki est rare en Scandinavie, jamais attesté directement, et que somme toute un nom d'origine germanique est tout à fait plausible en Normandie (ils sont en fait une majorité dans les noms de lieux en -ville). On pourrait concilier les deux hypothèses en considérant que °Briki, qui est absent des principaux ouvrages traitant des noms scandinaves, représente un emprunt au germanique continental (on en a de nombreux autres exemples) : en l'occurrence, ce même nom de Bric(c)o, lui-même un probable emprunt au radical celtique brig-, présent par exemple dans le nom de personne gaulois °Brigantos « de rang élevé », reposant sur le celtique commun °brig- « hauteur » (cf. irlandais bri, gallois bre, breton bre « mont, hauteur »), de l’indo-européen °bʰergh- « haut ». Un emprunt direct du celtique au scandinave n'est d'ailleurs pas exclu.

Le déterminant -sur-Mer, employé d'après la situation géographique de la commune pour la différencier de Bricqueville-la-Blouette, apparaît pour la première fois en 1332 sous la forme latinisée supra Mare, puis au milieu du 14e siècle sous la forme romane sur la Mer, et pres la Mer aux 17e et 18e siècles. La forme -sur-Mer est fixée au tout début du 19e siècle. La variante -les-Salines fait allusion à une ancienne activité artisanale, également rappelée par le nom du hameau des Salines.

Géographie

Histoire

La commune fusionne en l'an III (1794/1795) avec Sainte-Margueritte.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[37]. En 2015, la commune comptait 1 195 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [38] et INSEE [39])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 890 2 361 2 067 1 967 1 859 1 828 1 767 1 654 1 628 1 548
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 505 1 536 1 433 1 467 1 417 1 404 1 292 1 242 1 164 1 178
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 189 1 056 1 020 1 039 947 921 892 896 774 778
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
797 810 908 1 063 1 085 1 107 1 138 1 165 1 169 1 173
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
1 177 1 184 1 195
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1790-1790 Guillaume Lerond
1791-1791 Jacques Godefroy
1792-1792 Julien Alaterre
1793-1795 Jean-Baptiste Godefroy
1795-1795 Julien Alaterre
1796-1796 Julien Thuillet
1797-1797 Vigor Nicolas Thuillet
1798-1798 André Godefroy
1799-1800 Julien Thuillet
1800-1802 Étienne Costentin
1802-1813 Louis Jean-Baptiste Frémin
1813-1815 Jean-Jouachin Delisle décédé en exercice le 5 janvier 1815
1815-1816 Louis-Nicolas Guillot
1816-1819 Charles-Gabriel Delisle
1819-1846 Louis-Nicolas Guillot décédé en exercice le 21 janvier 1846
1846-1848 Jean-Marie Frémin
1848-1871 Aimable Thuillet
1871-1884 Ferdinand Costentin
1884-1899 Ange Thuillet
1899-1941 Georges Frémin
1941-1944 Jean-Baptiste Jore
1945-1945 René-François Dubos
1945-1951 Delphin Lebailly
1951-1969 Jean-Marie Fauchon
1969-1977 Jean Samson
1977-1989 Bernard Adam
1989-2008 Raymond Costentin
2008-2014 Yves Delisle
2014-actuel Hervé Bougon SE Infirmier
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à 1964 : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.



Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi 9 h - 13 h -
La mairie (2012).

La mairie (2012).

Adresse : 19 route de Blanche Maison
50290 Bricqueville-sur-Mer

Tél. 02 33 61 65 10
Fax : 02 33 61 02 66

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : Annuaire Service-Public (19 mai 2012)

Mardi 9 h - 13 h 14 h 30 - 19 h
Mercredi 9 h - 12 h 30 -
Jeudi 9 h - 13 h 16 h 30 - 18 h
Vendredi 9 h - 12 h 30 -
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Eglise Saint-Vigor.

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Vigor.
  • Patron (présentation) : patronage laïc, le seigneur du lieu; Jean Paynel (Johannes Paganelli) en 1332.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Église ( détail )
  • Église Saint-Vigor : édifice néo-gothique, construit de 1876 à 1878, surmonté d'une flèche en 1889. Elle possède sur sa façade occidentale intérieure une fresque monumentale de 65 m², exécutée sur toile marouflée qui « montre le Christ bénissant la foule venue saluer les miracles. (...) Le père Germain, à l'origine de la construction de l'église, curé de Bricqueville, jusqu'en 1906, est représenté sur la toile.  » En avril 2017, une souscription est lancée pour sa restauration.[41]
  • Havre de la Vanlée, classé Patrimoine naturel en 1988.
  • Château médiéval Grimaldi : démoli autour de 1800. Ruines encore visibles en 1860 selon M. Renault ( Revue Monumentale et Historique ), disparues aujourd'hui.
  • La Route des matelots passe au Bourguais et aux Salines, près de la côte.
  • Dunes côtières.
  • Plage de sable fin.
  • Port de pêche.
  • Viviers à moules.
  • Station balnéaire.

Personnalités liées à la commune

Naissance

Décès

Transports

Lignes Manéo
  • Ligne 54 : Ligne estivale du Coutançais au Granvillais par la côte (juillet-août).

Associations

Sports

  • Tennis de table : Association Saint-Pair Bricqueville

Bibliographie

  • Pierre Béhier, M. Frémin, Bricqueville-sur-Mer, éd. Ocep, 1975
  • Bernard Vivier, 100 ans en images - Briqueville-sur-Mer, éd. Ocep, 1995

Notes et références

  1. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 161, § 49.
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3, 2,4 et 2,5 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 89.
  3. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 283D.
  4. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 368A.
  5. Gerard Mercator (1512-1594), Britannia et Normandia cum confinibus regionibus, Duisbourg, 1585 [NBF, Collection d'Anville, cote 00456 bis.
  6. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  7. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BN, ms. fr. 4620].
  8. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BN, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  9. Greenville Collins, Chart of the channell, Manche, 1693 [BNF, Collection d'Anville, cote 00757].
  10. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BN, IFN-7710251].
  11. Carte de la Manche, 18e s. [BN, Collection d'Anville, cote 00761 B].
  12. Dénombrement des généralités de 1713 [BN, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  13. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  14. Nouvelle carte réduite de la Manche, Chez Mr Bellin, Paris, 1749 [BN, Collection d'Anville, cote 00762 B].
  15. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  16. Nouvelle carte réduite de la Manche, Chez Mr Bellin, Paris, 1749 [BN, Collection d'Anville, cote 00762 B].
  17. G. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  18. Carte de Cassini.
  19. Deuxième Carte Particulière des Costes de Normandie Contenant les Costes du Cotentin…, Atlas Van Keulen, Amsterdam, av. 1790.
  20. Site Cassini.
  21. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris, 1801-1870.
  22. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 468a.
  23. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 408.
  24. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Coutances, p. 135.
  25. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  26. Carte de la Manche, in Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1889.
  27. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  28. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  29. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  30. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  31. Carte IGN au 1 : 25 000.
  32. Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, « Les noms de communes de Normandie », in Annales de Normandie XIV (1964), § 498.
  33. Eilert Ekwall, The Concise Oxford Dictionary of English Place-names (4th edition), Oxford University Press, Oxford, 1960; Margaret Gelling, Place-Names in the Landscape, Phoenix Press, London, 1984; A. D. Mills, A Dictionary of English Place-Names, Oxford University Press, Oxford, 1993.
  34. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963 (rééd. Guénégaud, avec supplément de Marie-Thérèse Morlet), p. 116a.
  35. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 953, § 17121.
  36. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985.
  37. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  38. Population avant le recensement de 1962.
  39. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. « Une souscription en faveur de l'église Saint-Vigor », Ouest-France, le 25 avril 2017