Boisbenâtre

De Wikimanche

Boisbenâtre est une ancienne commune de la Manche, aujourd'hui intégrée à Coulouvray-Boisbenâtre.

Toponymie

Attestations anciennes

  • le Bois Benastre 1398 [1].
  • ecclesia de Bosco Benastre 1412 [2] ~1480 [3].
  • Boys Benastre ~1480 [3].
  • Boisbenastre 1612/1636 [4], 1640 [5].
  • Boisebenastre 1648 [6].
  • Bois Benastres 1677 [7].
  • Boisbenatre 1689 [8].
  • Bois benatre 1694 [9].
  • Bois-Benastre 1709 [10].
  • Bois Benastres 1713 [11].
  • Bois benatre 1716 [12].
  • Bois Benastre 1719 [13].
  • Bois benâtre 1720 [14].
  • Bois-Benastres 1735 [15], 1763 [16].
  • Boisbena[tre] 1740/1756 [17].
  • Boisbenatre 1753/1785 [18], 1793 [19].
  • Bois-Benatre 1801 [20], 1802 [21], 1804 [22], 1828 [23], 1830 [24], 1837 [25].
  • Boisbenâtre 1835/1845 [26].
  • Boisbenâtre 1850 [27].
  • Boisbenatre 1854 [28].
  • Bois-Benâtre 1878 [29].
  • Boisbenatre 1884 [30].
  • Bois-Benâtre 1903 [31].
  • Bois-Bénâtre 1954 [32].
  • Boisbenâtre 1972 [33].

Étymologie

Toponyme tardif de formation romane, constitué de l'appellatif bois et du nom de famille BÉNASTRE [34], soit « le bois de (la famille) BÉNASTRE ». Ce dernier patronyme pourrait être issu de l'ancien français bennastre, variante dialectale du Nord de banastre « corbeille » [35], et donc représenter initialement un surnom d'artisan. Mais il n'est pas impossible que ce nom corresponde à une variante de l'ancien français benastru ou benastrui « heureux, bienheureux », littéralement « né sous une bonne étoile ».

Histoire

On note en 1640 l'existence de deux fiefs à Boisbenâtre [5] :

  • Le fief de Boisbenastre, possédé par le sieur abbé de Saint-Sever.
  • Le fief de la Foresterie, possédé par Jean Bauquet, escuyer.

Après la Révolution, de 1790 à 1850, la commune fait partie du département du Calvados, district (1793) puis arrondissement (1801) de Vire, canton de Saint-Sever. À partir de 1850, elle est rattachée au département de la Manche, arrondissement de Mortain, canton de Saint-Pois, et réunie à la commune de Coulouvray pour constituer celle de Coulouvray-Boisbenâtre.

Jusqu'en 1764, l'église, placée sous la protection de Saint-Georges est en bon état et son cimetière clos.[36] En 1802, Boisbenâtre, alors dans le Calvados, est réunie à Fontenermont. Pendant près de quarante ans, les spéculations des deux maires provoquent la ruine de l'église de Boisbenâtre. [36] En 1836, l'église de Boisbenâtre est découverte et la charpente enlevée, le clocher démoli en 1840 ou 1842, le presbytère subit le même sort. Le terrain de l'ancien cimetière de Boisbenâtre est vendu le 7 décembre 1855 à Victorine Blin, agricultrice d'une part et Jean-Baptiste Lefrant , meunier d'autre part. Ce dernier obtient d'y établir sa sépulture; il est mort le 10 mai 1902.Sur son testament, figure la consigne de ne jamais moudre de grains de ses moulins pour Amand Martinet, le maire de l'époque.[36]

Une croix perpétue la présence de l'ancienne église paroissiale de Boisbenâtre et protège le tombeau, en terre privée, du meunier Jean-Baptiste Lefrant. Ironie du sort, elle est située rue Amand Martinet. L'ancien moulin, construit en partie au 16e siècle est rénové, la roue tourne encore.[37]

En 1926, l'arrondissement de Mortain est supprimé et rattaché à celui d'Avranches, auquel appartient désormais la commune de Coulouvray-Boisbenâtre.

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [38], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

Évolution démographique depuis 1793 (Sources : Cassini [40] et INSEE [41])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
192 182 182 210 187 196 203 204
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

  • Département : Calvados (1790-1850), Manche (1850).
  • District : Vire (1790-1795).
  • Arrondissement : Vire (1800), Mortain (1850).
  • Canton : Saint-Sever (1790), Saint-Pois (1850).

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... ....
1800-1804 Jacques Haupais
1804-1821 Claude Daniel
1822-1840 Jean Le Chaptois
1841-1848 Claude Daniel
1848-....... Jacques Le Chaptois fusion avec Coulouvray
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à 1848 : 601 communes et lieux de vie de la Manche
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Georges.
  • Patron (présentation) : l'abbé de Saint-Sever (Calvados); les pouillés de 1648 mentionnent à tort le seigneur du lieu [6].
  • Fête patronale : ?

Personnalité liée à la commune

Naissance

Bibliographie

  • « Boisbenâtre » , Mémoires de la Société d'archéologie, de littérature, sciences et arts d'Avranches, éd. Tostain, Avranches, 1892, tome 11, p. 333-340 (lire sur Gallica.bnf.fr)

Notes et références

  1. François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 83.
  2. Pouillé du Diocèse d’Avranches, 1412, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 159E.
  3. 3,0 et 3,1 Pouillé du Diocèse d’Avranches, ~1480, in Auguste Longnon, op. cit., p. 176A.
  4. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BnF, ms. fr. 4620].
  5. 5,0 et 5,1 Rôle des fiefs du grand bailliage de Caen (vicomtés de Caen, Bayeux, Falaise et Vire) et de leur possesseurs dressé en 1640, Bulletin Héraldique de France, 1890-1892, p. 53a.
  6. 6,0 et 6,1 « Benefices du dioceze d’Avranches », p. 9, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  7. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  8. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BnF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  9. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BnF, IFN-7710251].
  10. 10,0 et 10,1 Dénombrement du Royaume par Generalitez, Elections, Paroisses et Feux, vol. II, Saugrain, Paris, 1709, p. 68a.
  11. 11,0 et 11,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  12. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  13. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  14. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 3 : Fougères, Vire et Avranches, 1720 [BnF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, III) B].
  15. 15,0 et 15,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 64b.
  16. 16,0 et 16,1 Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, t. I, 1763, p. 669b.
  17. G. Albrizzi, Carta geografica del governo della Normandia, Venise, 1740/1754.
  18. Carte de Cassini.
  19. Site Cassini.
  20. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris, 1801-1870.
  21. A. F. Lecousturier l’aîné et F. Chaudouet, Dictionnaire géographique des postes aux lettres de tous les départemens de la République française, Valade, Paris, an IX (1802), t. I, p. 134b.
  22. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 366c.
  23. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 397.
  24. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 165a.
  25. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 344a.
  26. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  27. Cadastre napoléonien, Archives départementales de la Manche.
  28. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  29. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 378.
  30. E.-A. Pigeon, Carte du diocèse d’Avranches, A. Herluison, Orléans, 1884 [BnF, GED-1158].
  31. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  32. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  33. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  34. François de Beaurepaire (op. cit., loc. cit.) relève ce nom à Contrières en 1647. Il semble avoir aujourd'hui disparu, du moins dans la Manche.
  35. Du gallo-roman °BENNASTRE, dérivé du latin d'origine gauloise benna « chariot à caisse en osier », d'où également le français banne et benne.
  36. 36,0, 36,1 et 36,2 [« Le meunier s'y est endormi » , La voix du patrimoine de Sienne, n°76, février 2014 http://lechefresne.localeo.fr/IMG/pdf/journal_76.pdf (lire en ligne)
  37. Alain Fergent , « Promenade insolite : meunier tu dors », La Manche Libre, 27 août 2016.
  38. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  39. Chiffre donné pour mémoire; en effet, le Dictionnaire géographique de l'abbé Expilly ne fait que reprendre, pour la démographie, les données du Nouveau dénombrement du royaume de 1735.
  40. Population avant le recensement de 1962
  41. INSEE : Population depuis le recensement de 1962