Belval

De Wikimanche

Belval est une commune du département de la Manche.

Belval.png Blason de la commune de Belval Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 2' 22.80" N, 1° 21' 49.63" W (OSM)
Arrondissement Coutances
Chargement de la carte...
Canton Quettreville-sur-Sienne
Ancien canton Cerisy-la-Salle
Intercommunalité CC Coutances Mer et Bocage
Gentilé Belvalais(es)
Population 314 hab. (2016)
Superficie 5,72 km²
Densité 55 hab./km2
Altitude 32 m (mini) - 145 m (maxi)
Code postal 50210
N° INSEE 50044
Maire Régine Doloue
Communes limitrophes de Belval
Cambernon Cambernon, Camprond Camprond
Courcy Belval Savigny
Ouville Ouville Ouville

L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.


Toponymie

Attestations anciennes

  • [abl.] Bella valle 1157 [1], ~1210 [2].
  • feodum de Beleval 1210 [3].
  • ecclesia Beati Martini de Bellavalle prope Constancias 1224 [4].
  • ecclesiam de Beleval 1236 [5].
  • de Bella valle 1253 [6].
  • ecclesi[a] de Bella valle 1263 [7].
  • Beleval 1293 [8].
  • Belleval 1293 [8].
  • parrochia de Bella valle 1297 [9].
  • ecclesia de Bellavalle 1332 [10].
  • Bella vallis 1351/1352 [11].
  • Beleval 1418 [12].
  • Belleval 1612/1636 [13].
  • Belleual [lire Belleval] 1648 [14].
  • Belval 1677 [15].
  • Belleval 1689 [16], 1694 [17], 1695 [18], ~1700 [19].
  • Belval 1713 [20].
  • Belleval 1716 [21], 1719 [22].
  • Belval 1735 [23].
  • Belleval 1757 [24], 1758 [25], 1753/1785 [26], 1793 [27].
  • Benneval [lire Belleval] 1801 [28].
  • Belval 1804 [29].
  • Belleval 1828 [30].
  • Belval 1829 [31], 1830 [32], 1837 [33], [34], 1839 [35], 1835/1845 [36], 1854 [37], 1878 [38], 1880 [39], 1903 [40], 1954 [41], 1962 [42], 1972 [43], 1978, 1993 [44], 2007 [45].

Étymologie

Toponyme médiéval issu de l'ancien français bele val, « beau val », où l'adjectif bel « beau » n'exprime pas nécessairement un jugement esthétique, mais le degré élevé d'une qualité vague : grandeur, fertilité, etc. Voir pour la même remarque Beauchamps, Beaucoudray, Beauficel, Bellefontaine, Beaumont-Hague.

On remarquera que, dans les différentes attestations anciennes de ce toponyme, l'adjectif bele est accordé au féminin, et qu'il serait plus logique d'orthographier aujourd'hui ce nom Belleval (orthographe en usage jusqu'au 19e siècle). En effet, le mot val est issu du latin vallis, variante de valles, lui aussi féminin [46]. Devenu masculin en ancien français, probablement sous l’influence de sa terminaison phonétiquement masculine en -al, le mot val resta cependant longtemps féminin en tant qu’appellatif toponymique, ce qui explique en particulier des formes telles que Laval « la val », Bonneval « bonne val », Bruneval « brune val », Longueval « longue val », Parfondeval « profonde val », Rousseval « rousse val », Sourdeval « val sale, dégoûtante », etc. Les formations toponymiques plus récentes reposent sur le mot val employé au masculin, tel qu’il apparaît dans le Haut Val, le Bas Val, le Beau Val, le Long Val, le Valbrun, le Val Roux, etc. La présence de l’article est d’ailleurs un autre indice de leur création tardive. Mais comme il est inévitable, ces dernières formes ont pu servir de modèle à des réfections analogiques, d’anciennes Hauteval ou Belleval devenant parfois Haut Val, Beauval, etc.

Géographie

Cette commune tient sa particularité de son bocage et à sa petite gare. Elle se divise en deux parties : Belval gare et Belval bourg. La mairie et l’église se situent au bourg, les commerces eux sont présents à la gare.

La commune surplombe la vallée de la Soulles, qui est sa limite sud. Le ruisseau de Vesly sépare Belval de la commune de Savigny

Histoire

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [47], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[48]. En 2016, la commune comptait 314 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [49] et INSEE [50])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
556 557 595 626 535 513 509 516 496 485
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
448 451 448 450 405 402 405 403 304 334
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
334 281 283 298 286 309 324 314 290 234
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
253 274 274 293 298 305 303 301 299 302
2013 2014 2015 2016 - - - - - -
307 310 312 314
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[51] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1793-1794 Louis Jean Baptiste Lalouet
1794-1795 François Hélaine
1795-1796 Louis Jean Baptiste Lalouet
1796-1802 Nicolas François Julien Girard
1802-1808 Louis Léonard Le Mosquet
1808-1849 Antoine Marie Michel de Vesly Les adjoints Havard, Le Mosquet et Lerendu ont agi par délégation lors de la mandature de 1809 à 1849
1849-1856 Charles Esnée
1862-1867 Auguste Lerendu
1867-1895 Charles Le Mosquet
1895-1900 Victor Le Mosquet
1900-1903 Édouard Perrette
1903-1939 Émile Le Mosquet
.......-.... .......
1945-1977 Émile Lerendu
1977-1989 André Lebouvier
1989-2001 Pascal Clémenceau
2001-2007 Daniel Lefoulon DVD fin mandat en octobre 2007
2007-2014 Yves Duchemin SE agent de la Poste retraité Élu en novembre 2007
2014-actuel Régine Doloue SE sans profession
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes - Dictionnaire incontournable de notre patrimoine.
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - 14 h - 17 h
La mairie (2018).

La mairie (2018).

Adresse : 7, rue du Bourg
50210 Belval

Tél. 02 33 46 94 61
Fax : 02 33 47 63 92
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Pas de site officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (27 mai 2012)

Mardi - -
Mercredi - -
Jeudi - 14 h - 17 h
Vendredi - -
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Martin.
  • Patron (présentation) : le chapitre de Coutances.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Commerces

  • Salon de coiffure
  • Boulangerie
  • Bar
  • Épicerie
  • Boucherie/charcuterie réputée pour ses saucisses à l’oignon (médaille d’or au salon de l’agriculture de Paris).

Lieux et monuments

  • Église (16e/17e s.) : Vierge à l'Enfant (15e s.), maître-autel (18e s.).
  • Manoir seigneurial (16e s.).
  • Pigeonnier de Vesly.
  • Pigeonnier de Fréven.

Le château de Vesly a été détruit en 1944 par les bombardements de l'aviation américaine.

Personnalités liées à la commune

Transports

Ligne Manéo

Éducation

Animations

  • Festival musical Goodstock, organisé par l'association One is good records (en novembre)
  • De 2014 à 2017 : Atelier A4 à l'initiative de Bernard Vimond

Bibliographie

  • Michel Adam, Notice historique sur Belval, près Coutances, 1re partie, Des origines à la Révolution, 1996
  • Michel Adam, Notice historique sur Belval, près Coutances, 2e partie, De 1800 à nos jours, 1997

Notes et références

  1. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. I, 1916, p. 135, § 34.
  2. Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, « Les noms de communes de Normandie », in Annales de Normandie XII (décembre 1962), § 266.
  3. Léchaudé D’Anisy, Grands Rôles des Échiquiers de Normandie, première partie, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XV, 2e série, 5e volume, Paris, 1845, p. 168b.
  4. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 436, § 296.
  5. Ibid., p. 470, § 327.
  6. Ibid., p. 407, § 270.
  7. Ibid., p. 499, § 342.
  8. 8,0 et 8,1 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 78.
  9. Julie Fontanel, op. cit., p. 253, § 127.
  10. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 276E.
  11. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 366B.
  12. Rôles Normands et Français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie XXIII (3e série, 3e volume), 1re partie, Paris, 1858, p. 20a, § 135.
  13. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BnF, ms. fr. 4620].
  14. « Benefices du dioceze de Coutances », p. 4, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  15. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  16. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BnF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  17. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BnF, IFN-7710251].
  18. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  19. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  20. 20,0 et 20,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  21. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  22. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  23. 23,0 et 23,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 58a.
  24. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 12.
  25. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  26. Carte de Cassini.
  27. Site Cassini.
  28. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  29. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 293a.
  30. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 591.
  31. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Coutances, p. 136.
  32. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 135a.
  33. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 509b.
  34. Annuaire de la Manche (1837), Statistique de l'arrondissement de Coutances, p. 23.
  35. Panorama pittoresque de la France […], par une société de gens de lettres, de géographes et d’artistes, Firmin Didot, Paris, t. V (section Manche), 1839, p. 29b.
  36. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  37. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  38. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 326.
  39. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 52a.
  40. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  41. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  42. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  43. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  44. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  45. Carte IGN au 1 : 25 000.
  46. Plus précisément, le mot val est issu, par l’intermédiaire du gallo-roman °VALLE, du latin vallem, accusatif de vallis, variante de valles « val, vallée », initialement « espace allongé entre deux zones élevées », puis « creux, renfoncement ». Il représente probablement un dérivé d’une forme indo-européenne °wall-, variante populaire géminée de la racine °wel- « tourner; recourber; entourer » (cf. latin volvere « tourner, rouler », anglais to wallow « se vautrer, se rouler (dans la boue) », etc.), avec pour sens initial « étendue entourée (de hauteurs) », ou peut-être simplement « dépression arrondie, creux ».
  47. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  48. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  49. Population avant le recensement de 1962.
  50. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  51. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.

Liens externes