Barrage de la Roche-qui-Boit

De Wikimanche

Le barrage de la roche qui Boit vu du ciel 2013.
Le barrage de la Roche qui boit au début du XXe siècle.
Les ouvriers sur le barrage de la Roche qui Boit (1950).

Le barrage de la Roche-qui-boit est une infrastructure hydraulique de la Manche, située à Ducey.

Il est bâti sur la Sélune à l'initiative de la Société des forces motrices de la Sélune [1].

Les travaux commencent en 1916 et sont achevés en 1919. Des prisonniers de guerre allemands fournissent une grande partie de la main-d'œuvre [2]. Il permet de retenir 4 millions de mètres cubes d'eau, « dont 900 000 utilisables » [2].

Le barrage alimente une centrale hydroélectrique. Le courant commence à être produit commercialement le 9 juillet 1920 sur la ligne Ducey-Granville [1]. La puissance installée est de 1 750 kW [2].

En 1926, un moteur Diesel de 1 200 kW est installé « pour pallier les insuffisances hydrauliques » [2].

Il est considéré comme un barrage de compensation au barrage de Vezins.

Il est vidangé une première fois à l'été 1952 [3].

Le 14 novembre 2017, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, annonce l'arasement des barrages de la Roche-qui-boit et de Vezins. La déconstruction du barrage de Vezins est prévue du printemps 2018 à l'automne 2019, celle du barrage de la Roche-qui-Boit suivra.[4]

Description

Il s'agit d'un barrage à voûtes multiples et contreforts, construit sous la direction d'Albert Caquot (1881-1976), ingénieur des Ponts-et-Chaussées.

Il mesure 15 m de haut et il est long de 125 m. Il produit 5 millions de kilowattheures par an.

Le lac qu'il forme mesure 5 km de long et couvre 40 hectares.

Localisation

Chargement de la carte...

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 L'Illustration économique et financière, numéro spécial « La Manche », 28 août 1926.
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 André Journaux, « L'électricité en Basse-Normandie - Étude de géographie économique », Norois, n° 6, avril-juin 1955, pp. 147-148.
  3. « Des barrages presque centenaires », Ouest-France, 11 janvier 2012.
  4. « Vallée de la Sélune : la mort des barrages est signée », La Gazette de la Manche, 15 novembre 2017.

Lien interne

Lien externe