Bérigny

De Wikimanche

Bérigny est une commune du département de la Manche.

Commune de Bérigny Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 8' 36.25" N, 0° 56' 30.38" W (OSM)
Arrondissement Saint-Lô
Chargement de la carte...
Canton Pont-Hébert
Ancien canton Saint-Clair-sur-l'Elle
Intercommunalité CA Saint-Lo Agglo
Gentilé Bérignais(es)
Population 422 hab. (2015)
Superficie 12,15 km²
Densité 35 hab./km2
Altitude 73 m (mini) - 159 m (maxi)
Code postal 50810
N° INSEE 50046
Maire Denis Lecluze
Communes limitrophes de Bérigny
Saint-Georges-d'Elle Cerisy-la-Forêt,
Montfiquet (Calvados)
Litteau (Calvados)
Saint-Pierre-de-Semilly Bérigny Litteau (Calvados),
La Bazoque (Calvados)
Saint-Jean-des-Baisants Notre-Dame-d'Elle Saint-Germain-d'Elle

L'église Saint-Gildard.
L'église Saint-Gildard.


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Toponyme gallo-romain °BERINIACU, formé avec le suffixe gallo-roman -(I)ACU ajouté à un nom de personne. Ce premier élément est de forme et d'origine discutées.

Comme pour la plupart des toponymes français en -igny qui reposent sur une finale gallo-romane -INIACU, il est généralement difficile, voire impossible, de décider si l'élément -IN- fait partie du radical ou du suffixe. Dans le premier cas, la coupe peut être °BERIN-IACU ou °BERINI-ACU; dans le second, °BER-INIACU. En effet, l'abondance d'anthroponymes gallo-romains terminés par -inus ou -inius, ainsi que celle des noms d'origine germanique en -in, a entraîné, après l'ajout du suffixe -(I)ACU, la formation d'une fréquente finale toponymique -INIACU. Celle-ci a acquis peu à peu son autonomie, et a parfois été directement ajoutée à différents noms de personnes pour former un nom de domaine.

Dans le cas qui nous préoccupe, on peut avoir affaire soit au nom d'origine germanique Bero [39], soit à son dérivé diminutif Berin, attesté en Gaule sous la forme latinisée Berinus [40], soit encore au nom gallo-romain hypothétique °Berinius [41], d'où le sens global de « domaine rural de Bero / Berin / °Berinius ».

  • Albert Dauzat [42] est le premier à poser un « nom d'homme gaulois (comprendre : gallo-romain d'origine gauloise) Berinius, de Berius », sans autre alternative. La variante °Berinnius a été avancée par Adigard des Gautries et Lechanteur [43], sur la foi de la première attestation Berinneio. L'hypothèse °Berinius a également été retenue par Marie-Thérèse Morlet [44]. La faiblesse de cette explication réside dans le fait que, précisément, °Berin(n)ius est un nom totalement hypothétique.
  • Les noms de personnes d'origine germanique Bero ou Berin [45] sont envisagés par François de Beaurepaire [1], qui ne cite ce dernier que sous sa forme latinisée Berinus. C'est uniquement ce nom, sous cette dernière forme, qui est proposé par Ernest Nègre [46].
  • On ne citera que pour mémoire le commentaire de René Lepelley [47] qui donne : « du nom de personne roman Berinius ou Bero… ». Aucun de ces noms n'est roman : le premier est gallo-romain, le second germanique.

S'il fallait choisir entre l'une de ces solutions, c'est sans doute l'explication par Berin + -IACU qui serait la plus probable. Mais, nous l'avons dit, il est impossible d'avoir une certitude dans ce cas précis.

Géographie

Histoire

En 1640, on note à Bérigny l'existence des fiefs de Bérigny et de la Mare, dits La Luzerne, possédés à cette date par Jacques de Baudre, escuyer [5].

On y trouve également, en extension probable, la baronnie du Bois d'Elle (elle appartenait à l’évêché de Bayeux; on y distinguait les fiefs de Bérigny et de la Motte), la seigneurie de Tilly (le siège en était à Litteau, dans l'actuel Calvados; elle appartenait en 1596 à un sieur de Taillebois), et le fief Corbel [5].

En 1801, la commune intègre le canton de Saint-Clair-sur-l'Elle après avoir fait partie du canton de Saint-Jean-des-Baisants. Elle fusionne en 1812 avec Saint-Quentin-d'Elle.

Elle abritait une papeterie au 19e siècle, attestée en 1839 [29].

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [48], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[49]. En 2015, la commune comptait 422 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [50] et INSEE [51])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
425 456 499 672 722 682 675 666 655 692
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
676 666 603 635 576 561 549 540 525 552
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
557 501 509 470 460 406 445 386 372 314
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
340 359 367 363 364 372 379 387 394 404
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
419 420 422
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[52] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

  • Généralité : Caen.
  • Élection : Bayeux (1612/1636, 1677), puis Saint-Lô (1713, 1735).
  • Sergenterie : Torigni.

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1793-1795 Marin Duvigny
1796-1797 Pierre Le Baron
1797-1797 Jean-Baptiste Guérard
1797-1797 Jean-Baptiste Guelle
1798-1805 René Gabriel Le Brun
1805-1814 Pierre Bechevel
1814-1824 Louis Bon Henry de Saint-Quentin
1824-1826 Félix Aimé de Saint-Quentin Fils du précédent
1826-1829 Jean Joachim Le Brun
1830-1846 Pierre Le Baron
1847-1848 Jean Baptiste Sansrefus
1848-1867 Bernardin de Saint-Quentin
1868-1897 Pierre Sansrefus
1897-1913 Jean-Michel Sansrefus
1913-1940 Adolphe Dumont
1940-1953 Pierre Mérienne
1953-1973 Léon Le Baron
1973-1983 Émile Letrone
1983-1995 Pierre Lehaut
1995-2008 Michel Bonnet Enseignant
2008-actuel Denis Lecluze Commerçant
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes - Dictionnaire incontournable de notre patrimoine.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2018)

La mairie (2018)

Adresse : 6 Le Bourg
50810 Bérigny

Tél. 02 33 57 25 04
Fax : 02 33 05 38 47

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : Annuaire Service-Public (27 mai 2012)

Mardi - -
Mercredi - 16 h - 19 h
Jeudi - -
Vendredi - -
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Médard et Saint-Gildard.
  • Patron (présentation) : patron laïque, le seigneur du lieu; Geoffroy de la Mare, chevalier, vers 1350.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Architecture religieuse
La chapelle de Saint-Quentin.
  • Église Saint-Gildard, en partie romane, restaurée après la Seconde Guerre mondiale : clocher porté par quatre piliers trapus (11e/12e s.), flèche pyramidale, arcades du transept au riche décor sculpté ; Vierge à l'Enfant (17e s.).
  • Chapelle de Saint-Quentin-d'Elle : ancienne église paroissiale du Moyen Âge à 1812. Elle fut ensuite rattachée à la paroisse de Bérigny avant de devenir chapelle privée en 1845. Elle se compose d'une partie médiévale et d'un chœur avec son retable du 18e siècle.
  • Calvaire.
Architecture civile
  • Château de Saint-Quentin-d'Elle (18e s.), dont les façades et toitures ainsi que l'escalier avec sa rampe en fer forgé font l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le 4 mars 1975.
  • Le Vieux Manoir, aux façades et toitures et celles des remises font l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 18 mars 1993.
  • Communs de Banville.

Personnalités liées à la commune

Économie

  • Cobat (bâtiment)

Sports

  • Football : AS Bérigny-Cerisy, en association avec la commune de Cerisy-la-Forêt.

Lien interne

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3 et 1,4 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 78.
  2. Pouillé du Diocèse de Bayeux (“Livre Pelut”), ~1350, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 120D.
  3. Comptes de la Débite du Diocèse de Bayeux pour 1494, in Auguste Longnon, op. cit., p. 138D.
  4. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  5. 5,0, 5,1 et 5,2 Rôle des fiefs du grand bailliage de Caen (vicomtés de Caen, Bayeux, Falaise et Vire) et de leur possesseurs dressé en 1640, Bulletin Héraldique de France, 1890-1892, p. 30a.
  6. « Benefices de l’evesché de Bayeux », p. 16, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  7. abbé Jean Petite, cartographe, et R. Michault, graveur, Description particulière du diocese de Bayeux, Jollain, Paris, 1675 [BNF, Collection d’Anville, cote 00259].
  8. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  9. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  10. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  11. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  12. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  13. 13,0 et 13,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  14. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  15. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  16. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 1 : Bayeux et Caen, 1720 [BNF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, I) B].
  17. 17,0 et 17,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 52a.
  18. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BNF, collection d’Anville, cote 00260 B].
  19. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  20. Atlas de Trudaine pour la généralité de Caen (1745/1780), Archives Nationales, fonds CP, F/14/*8469.
  21. Carte de Cassini.
  22. Site Cassini.
  23. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  24. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 303a.
  25. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 392.
  26. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Saint-Lô, p. 157.
  27. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 140b.
  28. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 316a.
  29. 29,0 et 29,1 Panorama pittoresque de la France […], par une société de gens de lettres, de géographes et d’artistes, Firmin Didot, Paris, t. V (section Manche), 1839, p. 5a.
  30. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  31. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  32. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 397.
  33. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 52a.
  34. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  35. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  36. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  37. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  38. Carte IGN au 1 : 25 000.
  39. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques),1968, p. 53a.
  40. Ibid., p. 53a, 54b.
  41. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985, p. 36b.
  42. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 73a.
  43. Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, “Les noms de communes de Normandie”, in Annales de Normandie XII (décembre 1962), § 278.
  44. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III, p. 36b. Ce nom y est présenté comme un dérivé de Ber(r)ius.
  45. Hypocoristiques d'un nom dont le premier élément est Ber(n)- « ours ». Ce dernier est issu du germanique commun °berō, forme fléchie °beran- (cf. anglais bear, allemand Bär; gotique baira), littéralement « le brun », qui repose sur la racine indo-européenne °bʰer- « brun; brillant ».
  46. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 760, § 12865.
  47. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 65b.
  48. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  49. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  50. Population avant le recensement de 1962.
  51. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  52. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.