Auguste Chapey

De Wikimanche

Auguste Bienaimé Jean Joseph Chapey, né au Vrétot le 2 février 1885, mort à Beaumont-en-Verdunois (Meuse) le 26 octobre 1917 [1], est une personnalité judiciaire de la Manche.  

Il voulut défendre les fusillés de Souain

Fils d’un cultivateur et d’une institutrice, Auguste Chapey s’est fixé à Valognes où il ouvre un cabinet d’avocat.

Quand éclate la Grande Guerre, il est mobilisé au 202e régiment d’infanterie comme lieutenant. Il vient d’être promu capitaine quand il trouve la mort victime d'éclats d'obus [1] dans le secteur de Verdun.

Il reçoit les insignes de chevalier de la Légion d’honneur. Il repose dans le cimetière de Sainte-Mère-Église, le pays de sa femme.

Auguste Chapey a connu les célèbres caporaux de Souain, presque tous originaires de la Manche, qui seront fusillés pour avoir refusé de monter à l’assaut. En tant qu’avocat, il s’est vainement proposé de les défendre devant le conseil de guerre.

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 3, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Mémoire des hommes, site internet (lire en ligne).