Arthur Legrand

De Wikimanche

Arthur Legrand.

Arthur, Marie, Alexis Legrand, né à Paris le 28 octobre 1833 et mort à Paris le 8 mai 1916, est un homme politique de la Manche.

Biographie

Arthur Legrand, vers 1893.

Il est le fils d'Alexis Baptiste Victor Legrand (1791-1848), député de la Manche de 1832 à 1848, et le frère d'Anatole Legrand (1840-), conseiller général de Juvigny-le-Tertre de 1871 à 1886 [1].

Après des études de droit à Paris, il devient auditeur au Conseil d'État en 1857 et intègre peu après le ministère des Travaux publics comme attaché [2].

En 1863, il est commissaire du gouvernement près le conseil de préfecture de la Seine, et accède au grade de maître de requêtes au conseil d'État en 1866 [2].

Il est nommé maire de Milly en 1866 [2] (et le reste jusqu'à sa mort) et il est élu conseiller général du canton de Barenton de 1866 à 1883 et de 1889 à 1907 [1].

Il est élu député de la Manche le 8 février 1871. Siégeant à droite, il est réélu en 1876, 1877 et 1881. Le Temps écrit à son propos à la veille de la législative de 1877 : « Ce député, auquel on prêtait au début des opinions assez libérales et fort anticléricales, un peu analogues à celles de l'ancien conseiller d'Etat, M. Bréhier, accepte et demande même l'appui du clergé. Celui-ci lui est acquis. Il avait eu l'an dernier une majorité de 4 000 voix contre M. Labiche, conseiller général. Mais la lutte cette fois permet d'augurer un tout autre résultat. M. Labiche est fort aimé dans le pays, où il a rendu et rend chaque jours de grands services. La fermeté de ses convictions libérales et républicaines fait vivement souhaiter son élection; elle inspire confiance aux populations du Mortainais, qui finissent par découvrir où sont les vrais conservateurs [3]. » Il siège jusqu'au 9 novembre 1885 et ne se représente pas. Il est réélu le 22 septembre 1889 et confirmé le 20 août 1893 au premier tour (8 883 voix contre 4 889 au candidat républicain Lefresne, juge au tribunal de la Seine [2]), puis en 1898, 1902, 1906, 1910 et 1914. Il siège jusqu'à sa mort. Il est l'auteur de plusieurs propositions de loi, dont la loi portant création de la caisse d'épargne postale en 1879 [2].

Il meurt à 82 ans à son domicile 16, rue de l'Arcade à Paris (en 1893, son adresse était 18 rue Chauveau-Lagarde, à quelques mètres de là[4]. Son oraison funèbre à la Chambre des députés est prononcée par Paul Deschanel : « Sa valeur morale, dit-il, et la fermeté de ses opinions lui valaient l’universel respect. Des hommes tels que M. Legrand sont aux yeux de leurs adversaires politiques eux-même l’honneur de notre assemblée (...). Là-haut, près de Mortain, dans sa petite patrie, à cette chapelle célèbre d’où l’on voit un des plus beaux panoramas du monde, le souvenir de ce bon serviteur de la Normandie et de la France restera vivant. »

Il est enterré à Paris, au cimetière du Père-Lachaise (73e division).

Ouvrages

  • La Législation des brevets d'invention
  • La Législation relative aux prêts à intérêt
  • Le Billet de banque fiduciaire
  • L'Industrie chevaline
  • L'Impôt foncier
  • Le Crédit agricole
  • ...

Distinctions

Il est chevalier de la Légion d'honneur et officier d'Académie [2].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Tout sur la Manche », Revue du département de la Manche, tome 29, n° 113-114-115, 1987.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 et 2,5 Henri Jouve, Dictionnaire biographique des notabilités de la Manche, 1894.
  3. Le Temps, 27 septembre 1877.
  4. 1893-98 : Nos députés, Société de l'Annuaire universel, 1898.

Lien interne

Lien externe