Arnould Galopin

De Wikimanche

Arnould Galopin.

Arnould Galopin, né à Marbeuf (Eure) le 9 février 1863 [1], mort à Paris le 9 décembre 1934, est un écrivain de la Manche.

Il est l'auteur d'ouvrages pour la jeunesse, de romans de science-fiction et de romans policiers ; c'est aussi un auteur patoisant, employant le parler de la Hague.

Biographie

Auteur prolifique ayant plus de cinquante romans à son actif, il obtient en 1918 le grand prix de l'Académie française pour Sur le front de mer, un roman sur la marine marchande pendant la Première Guerre mondiale, acclamé par la critique. Il a écrit aussi plusieurs romans à succès sur ses expériences de guerre.

Galopin est également l'auteur de romans de science-fiction dans le style de H.G. Wells et de Jules Verne, parmi lesquels Le Docteur Omega (1906), La Révolution de demain (1909) et Le Bacille (1928), une histoire étrangement prophétique sur un scientifique fou qui utilise la guerre biologique pour se venger.

Il a écrit aussi de nombreux romans destinés aux grands adolescents, tels que Le Tour du monde de deux gosses (1908) et Un aviateur de 15 ans (1926). Un Poilu de douze ans, Le chasseur de fauves, récit d'aventures exotiques, et aussi "Le petit détective", aventures policières en région parisienne (à l'exception d'épisodes se déroulant au Maroc contre un groupe terroriste, dirigé par Le Rénovateur.)

Galopin a également créé Ténébras, le bandit fantôme, rival de Fantômas et de l'inspecteur Allan Dickson, l'un des prototypes du détective Harry Dickson. Galopin a fait de Dickson le co-équipier de Sherlock Holmes dans L'Homme au complet gris (1912), un des premiers pastiches de Sherlock Holmes en français.

Il est enfin, curieusement, un écrivain patoisant, auteur d'un petit nombre de poésies au ton parfois lyrique, souvent inspirées de la mer, et rédigées dans le patois de la Hague, où il avait de fortes attaches. Elles annoncent par certains côtés le style de Côtis-Capel. Il a également contribué au Livre du Millénaire de la Normandie (1911) qu'il avait co-rédigé, avec une étude intitulée Le patois normand.

Publications

en normand

  • "L'Épave", poème publié dans la revue L'Âme Normande, 7e année, n° 68 (Numéro du Millénaire), juin 1911, p. 188-191.
  • "Soir de Tempête", in Jean-Louis Vaneille (Jean Barbaroux), Les patoisants Bas-Normands, morceaux choisis, Saint-Lô, éd. de Scripta, s.d. (1952).

en français

  • Le Docteur Omega, 1906
  • L'Homme à la figure bleue, 1909
  • La Petite Loute, 1909
  • La Révolution de demain, 1909
  • Soir de tempête, 1909
  • La Ténébreuse Affaire de Green-Park, 1910
  • Un aéroplane autour du monde, 1910
  • Le Tour du monde de deux gosses, 1911
  • "Le patois normand", in Livre du Millénaire de la Normandie, 1911.
  • L'Homme au complet gris, 1912
  • La Sandale rouge, 1914
  • La Fiancée de l'espion, 1917
  • Sur la ligne de feu, 1917
  • Sur le front de mer, 1918
  • Les Gars de la flotte, 1918
  • Mémoires d'un cambrioleur retiré des affaires, 1922
  • Les Aventures de Julot, tueur de tigres, 1924
  • Les Aventures de Toto explorateur de 13 ans, 1924
  • Le Petit chasseur de la Pampa, 1925
  • Le tour du monde de deux gosses, 1925
  • Un aviateur de quinze ans, 1926
  • Mathurin Le Clech, 1927
  • Aventures d'un apprenti parisien, 1928
  • Le Petit chasseur de Panthères, 1928
  • La Petite vendeuse du Louvre, 1928
  • Le Bacille, 1928
  • Le Petit Mousse, 1928
  • Les Aventures de Mr Paturel, 1929
  • Un poilu de douze ans, 1929
  • Les Suites d'un mariage d'amour, 1929
  • Le Tour du monde en aéroplane, 1929
  • Aventures d'un petit Buffalo, 1930
  • Le Sergent Bucaille, 1930
  • Les Aventures d'un écolier parisien, 1931
  • La Cocarde blanche, 1931
  • La Résurrection d'Edgar Pipe, 1933
  • La Dernière incarnation d'Edgar Pipe, 1934
  • Le Petit détective, 1934

Distinctions

Il est officier de la Légion d'honneur.

Bibliographie

  • Roger-Jean Lebarbenchon, Les chansons des assemblées (Littératures et cultures populaires de Normandie), Cherbourg, Isoète, 1989.

Notes et références

  1. De nombreuses autres sources, dont la BnF, donnent 1865 comme année de naissance. Roger-Jean Lebarbenchon, dans Les chansons des assemblées, p. 61 (cf. bibliographie), donne 1868. Il est à noter que 3, 5 et 8 manuscrits sont les chiffres qui se confondent facilement.

Source

  • Cet article est partiellement issu de la traduction de « Arnould Galopin », Wikipedia, The Free Encyclopedia, version du 17 juillet 2006 (Auteurs)