Alphonse Lemerre

De Wikimanche

Alphonse Lemerre.

Alphonse Lemerre, né à Canisy le 9 avril 1838, mort à Paris le 15 octobre 1912, est un éditeur de la Manche.

Biographie

Il se fixe à Paris où il fonde une maison de librairie. Homme de goût, commerçant doublé d'un artiste, il n'hésite pas, en un temps où la plupart des éditeurs se sont attachés à résoudre le difficile problème de la librairie à bon marché, à réagir contre le courant et à ne donner que des éditions remarquables par la netteté de la typographie, la beauté des caractères et du papier. Sa tentative quelque peu hardie rencontre un plein succès. Ses livres ont pris place dans la bibliothèque des amateurs de beaux livres et des gens de goût.

Mais il ne se borne pas à être un éditeur artiste. Il s'est fait une spécialité à part et rend de véritables services aux lettres de son époque, en mettant en pleine lumière les jeunes poètes de son temps, notamment les « Parnassiens » et en publiant leurs poésies dans des livres, d'une remarquable beauté typographique, faits pour la séduction des yeux.

Chez Alphonse Lemerre à Ville-d'Avray, tableau de Paul Chabas.
Marque d'Alphonse Lemerre.

Les éditions Lemerre se divisent en quatre collections bien distinctes :

  • Classiques français, (in-8° écu), comprend tous les chefs-d'œuvre incontestés de note littérature : La Bruyère, Rabelais, Montaigne, Régnier, Corneille, Molière, Racine, Pascal, etc. Chacun des volumes de cette collection, publié d'après une édition originale, reproduit les formes du texte avec l'exactitude la plus rigoureuse, l'orthographe propre à chaque auteur, et la ponctuation primitive.
  • La seconde collection dite Petite bibliothèque littéraire, dans le format des d'elzévirs et établie dans les mêmes conditions de luxe et de correction typographique, comprend : Manon Lescaut, Daphnis et Chloé, Paul et Virginie, La Princesse de Clèves, Dom Quichotte, Beaumarchais, etc.
  • La troisième collection, du même format que la précédente, dite Bibliothèque contemporaine, est consacrée aux jeunes poètes : Théodore de Banville, André Lemoyne, Sully Prudhomme, François Coppée, etc.
  • Enfin la quatrième collection, intitulée Bibliothèque d'un curieux, (in-12° écu) contient les ouvrages qui, sans être universellement admirés, offrent une lecture piquante et instructive, comme les Dialogues de Tabureau, le Gaytés d'Olivier de Magny, le Cymbalum mundi, les Sérés de Guillaume Bouchet.

La maison d'édition ferme ses portes en 1965.

Il s'installe à Ville-d’Avray (aujourd'hui Hauts-de-Seine) où il achète la maison familiale de Camille Corot.

Il meurt le 15 octobre 1912 à Paris, dans son domicile, 10 rue Chardin (XVIe arrondissement), âgé de 74 ans.

Ses obsèques sont célébrées le 17 octobre suivant en l'église Notre-Dame-de-Grâce à Passy. Il est inhumé au cimetière du Père Lachaise à Paris (15e division).

Dans la Manche

Alphonse reste toute sa vie très attaché à sa commune natale et au département, dans lequel il revient souvent. En 1898, il fait construire le château de Montmireil et il acquiert une villa à Agon, un château à Dangy, une ferme à Cerisy-la-Forêt et le château de Gratot peu avant sa mort, etc. [1].

Distinctions

Il est officier de la Légion d'honneur.

Bibliographie

  • Pierre Leberruyer, « Alphonse Lemerre », Revue du département de la Manche, n° 169, 2001

Source

Pierre Larousse, Dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, 1875.

Notes et références

  1. Jean-Paul Fontaine, « Alphonse Lemerre, “le Barbin des jeunes poètes” », Histoire bibliophile, site internet, consulté le 2 mars 2020 (lire en ligne).

Lien interne