Alexandre Durand

De Wikimanche

Alexandre Durand, né au Vrétot le 16 septembre 1869, mort au Havre (Seine-Maritime) le 18 juin 1954, est une personnalité scientifique de la Manche.

La passion de l’optique et de l’infiniment petit

Vers 1880, M. Tollemer, l’instituteur du Vrétot, remarque très vite l’intelligence du jeune Alexandre Durand, qui est reçu premier du canton de Bricquebec au certificat d’études primaires, une référence en cette fin de XIXe siècle [1]. C’est sans doute à cet instituteur qui l'emmène établir les mesures des champs pour le cadastre qu’Alexandre Durand doit sa vocation.

Adolescent, il part pour Le Havre et se passionne pour l’optique et la mécanique [1]. En 1901, il fabrique déjà des accessoires pour appareils photographiques et microscopiques. En 1910, il construit son premier microscope [1]. Les Allemands, avec les marques Zeiss ou Leica notamment, étaient alors les maîtres de l’optique. Très patriote, Alexandre Durand veut montrer qu’il est capable de rivaliser.

En 1914, il réalise un microscope nouveau « Le Bactério » [1]. Pendant la guerre, l’armée utilise ses services et en 1916, il construit les premières lunettes de visée pour fusils de chasse et de guerre [1].

En 1919, il fonde au Havre, la Société française des instruments d’optiques puis s’intéresse aux périscopes sous-marins [1]. En 1930, il crée et exécute la fameuse « loupe binoculaire » qui porte son nom [1]. Tous les scientifiques et laborantins ont utilisé son matériel.

Pendant l’Occupation, réfugié au Vrétot, il stoppe son activité mais en 1952 à l’âge de 83 ans, il réalise encore deux nouvelles pièces, une loupe binoculaire à corps droit et un grand microscope bactériologique : « l’Oméga » [1].

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6 et 1,7 René Gautier (dir.), Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4.

Lien interne