Alexandre Black

De Wikimanche

William-Alexander Black francisé en Alexandre Black, né à Providence (Rhode Island, États-Unis) le 29 mai 1768 [1], mort à Cherbourg le 23 septembre 1836 [2], est un corsaire lié au département de la Manche.

Le corsaire s’ancre au Café de Paris

Le Café de Paris (2010).

Fils de Samuel Black (1738-1795) et de Rebecca Paine, bourgeois américains dépossédés par la guerre d'indépendance, il vient en Europe à 23 ans et s'engage dans la course [3].

Le 1er juillet 1797, il accoste à Cherbourg avec son navire L’Entreprenant, remorquant un navire anglais, L’Espérance, capturé en rade de Guernesey. La cargaison est chargée d’eau-de-vie, de rhum, de genièvre. Après l’avoir vendue, et sans doute goûtée, il se fixe à Cherbourg[4].

Le 5 pluviose de l'an VII (24 janvier 1799), le Directoire lui refuse son brevet d'enseigne de vaisseau [5].

Le 4 octobre 1802, il épouse à Cherbourg la fille d'un négociant dieppois, Adélaïde Suzanne Baudry (1775-1855), qui lui donne une fille, Henriette (1803), et deux fils, Eugène (1804) et Adolphe (1806-1884) [6], qui s'engageront en 1830 auprès des partisans belges contre les Hollandais[3].

En 1802, il fonde, quai de Caligny, un café-restaurant qui a traversé les siècles : le Café de Paris[4].

Du temps d’Alexandre Black, la taverne ne manque pas d’accueillir les corsaires de l’époque dont les noms résonnent encore dans les rues de Cherbourg : Laulier, Étasse, Rognon, Lefaucheux, etc. d’autant que le propriétaire continue à « faire le métier » sur des bateaux au nom évocateur : L’Heureux spéculateur, le Marsouin, Le Caïman.[4].

Il est membre de la loge maçonnique de Cherbourg[7].

L’aventure dure jusqu’en 1836 quand Alexandre Black perd la vie. Celle du Café de Paris, elle, continue[4].

Notes et références

  1. ancestry.com (lire en ligne).
  2. État civil de Cherbourg. La date du 24 juillet, souvent donnée ailleurs, est erronée.
  3. 3,0 et 3,1 « Corsaires célèbres », migrations.fr (lire en ligne).
  4. 4,0, 4,1, 4,2 et 4,3 Sous la direction de René Gautier, Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, éd. Eurocibles.
  5. Pierre-Dominique Cheynet, « Les procès verbaux du Directoire exécutif », Archives nationales, tome VII, 2002.
  6. mytrees.com.
  7. Éric Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles : 6000 francs-maçons de 1740 à 1830, Publications des Université de Rouen et du Havre, 1998.

Lien interne