Albert Leblastier

De Wikimanche

Albert Leblastier, né à Saint-Lô en 1881, mort le 12 juin 1944, est une personnalité catholique de la Manche.

Fusillé dans son presbytère

Comme chaque matin en ce 12 juin 1944, la femme du sacristain de Graignes, Mme Marguerite, va porter un pot de lait au presbytère. Deux soldats allemands lui en interdisent l’entrée. Elle insiste et parvient à pousser la porte d’entrée. À l’intérieur, elle ne tarde pas à découvrir deux corps ensanglantés : ceux du curé, l’abbé Albert Leblastier, et du révérend-père Charles Lebarbenchon, un franciscain du couvent de Bernay (Eure), que le desservant de la paroisse a accueilli chez lui peu de temps auparavant. Le curé a été abattu de plusieurs balles et le religieux d’une seule balle dans la nuque. On ne connaîtra jamais les circonstances précises de cette double exécution.

Albert Leblastier et son ami franciscain viennent de payer de leur vie l’aide qu’ils ont apportée la veille à des parachutistes américains encerclés dans le village par d’importantes forces allemandes. Ils ont investi Graignes dès le 6 juin. Mais, cinq jours plus tard, un dimanche, les Allemands passent à la contre-attaque pendant que le curé célébre la messe. Les combats sont d’une extrême violence. Les blessés américains affluent dans l’église. Des paroissiens et les deux prêtres les soignent comme ils peuvent. Et les Allemands finissent par reprendre Graignes dans la soirée.

Que se passe-t-il ensuite ? Les deux prêtres peuvent sans doute regagner leur presbytère. Et personne ne les reverra jamais vivants. Ils comptent parmi les premières victimes des représailles qui s’abattent aussitôt sur la bourgade coupable d’avoir apporté son concours aux libérateurs. En plus des deux prêtres, vingt-huit personnes sont fusillées. L’église et des dizaines de maisons sont incendiées. Les corps des deux ecclésiastiques mis en bière restent dans le presbytère. Peu après, ils sont réduits en cendres par les Allemands.

En 1949, un mémorial franco-américain est dressé sur le site de l’ancienne église. On peut y lire les noms du curé Leblastier et du père Lebarbenchon.

Bibliographie

  • Nicolas Bourdet, 39-45, Chroniques des années de guerre du canton de Saint-Jean-de-Daye

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 3, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541171