Albert Fleury

De Wikimanche

Albert Pierre Fleury, né à Ducey le 27 avril 1865 et mort dans la même commune le 16 février 1921 [1], est une personnalité politique de la Manche, médecin de profession.

Biographie

Il est le fils d'Émile Fleury (1830-1885), médecin, maire de Ducey et d'Amélie Delaroche.

Après sa scolarité au Petit séminaire de Mortain, il étudie la médecine à Paris où il vit en couple avec Juliette Marchand qui lui donnera deux enfants. Ils se marient à Paris, 13e arrondissement, le 27 janvier 1898 et rendent légitimes leurs enfants avant de venir s'installer à Ducey [2].

Il devient maire de Ducey le 3 mars 1898 [2] et le reste jusqu'à sa mort.

En 1907, il donne son aval pour que les professeurs et les élèves du Petit séminaire de Mortain s'installent dans l'ancien couvent des Trinitaires. Ils y restent jusqu'à l'ouverture de l'Institut Notre-Dame d'Avranches en 1913 [2].

Dès le début de la Première Guerre mondiale, avec son épouse, il crée l'hôpital temporaire 120 pour accueillir des soldats belges dans l'ancien couvent[2].

Il fait moderniser l'hospice de Ducey dont il préside la commission [2]. Le 9 février 1921, il organise une réunion des commerçants et industriels, un syndicat se forme, c'est la naissance de l'Union des commerçants et artisans de Ducey (Uciad) qui existe encore [2].

Il est élu conseiller général du canton de Ducey en 1919 [3]. Il reste en poste jusqu'à sa mort, à son domicile, Grande rue, en 1921.

Son gendre Justin Raoux, commerçant, deviendra maire de Ducey en 1951 pendant trois mois [2].

Notes et références

  1. « Acte de naissance n° 28 », Archives de la Manche, archives communales de Ducey, registre de l'état-civil des NMD (1863-1872), 3E 168/7, page 131/431.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 et 2,6 Histothèque Jean-Vitel, site internet, consulté le 11 décembre 2018. (lire en ligne)
  3. « Tout sur la Manche », Revue du département de la Manche, tome 29, n° 113-114-115, 1987.