Albert Fleury

De Wikimanche

Albert Pierre Fleury né à Ducey le 27 avril 1865 et mort dans la même commune le 16 février 1921, est une personnalité politique de la Manche, médecin de profession.

Il est le fils d'Émile Fleury (1830-1885), maire de Ducey et d'Amélie Delaroche.

Après sa scolarité au Petit séminaire de Mortain, il étudie la médecine à Paris où il vit en couple avec Juliette Marchand qui lui donnera deux enfants. Ils se marient et rendent légitimes leurs enfants avant de venir s'installer à Ducey[1].

Il devient maire de Ducey le 3 mars 1898[1] et le reste jusqu'à sa mort.

En 1907, il donne son aval pour que les professeurs et les élèves du Petit séminaire de Mortain s'installent dans l'ancien couvent des Trinitaires. Ils y restent jusqu'à l'ouverture de l'Institut Notre-Dame d'Avranches en 1913[1].

Dès le début de la Première Guerre mondiale, avec son épouse, il crée l'hôpital temporaire 120 pour accueillir des soldats belges dans l'ancien couvent[1].

Il fait moderniser l'hospice de Ducey dont il préside la commission[1]. Le 9 février 1921, il organise une réunion des commerçants et industriels, un syndicat se forme, c'est la naissance de l'Union des commerçants et artisans de Ducey (Uciad) qui existe encore[1].

Il est élu conseiller général du canton de Ducey en 1919 [2]. Il reste en poste jusqu'à sa mort, à son domicile, Grande rue, en 1921.

Son gendre Justin Raoux, commerçant, deviendra maire de Ducey en 1951 pendant trois mois[1].

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5 et 1,6 Histothèque Jean-Vitel, site internet, consulté le 11 décembre 2018. (lire en ligne)
  2. « Tout sur la Manche », Revue du département de la Manche, tome 29, n° 113-114-115, 1987.