Airou

De Wikimanche

L'Airou est une rivière de la Manche.

Elle se jette dans la Sienne.

Elle mesure 30,5 km de long et traverse 13 communes : La Lande-d'Airou, La Haye-Pesnel, Le Tanu, Rouffigny, Bourguenolles, La Trinité, La Meurdraquière, Le Mesnil-Rogues, Le Mesnil-Amand, Beauchamps, Le Mesnil-Villeman, Champrepus et Ver.

Le nom de l'Airou figure dans celui de la commune de La Lande-d'Airou, ainsi appelée depuis le 12e siècle au moins (voir ci-dessous). Il est également passé à un lieu-dit (et aujourd'hui un lotissement) à Rouffigny, l'Airou. Il est enfin à l'origine du nom de famille Dairou, principalement attesté dans la Manche, et plus particulièrement dans les cantons de Villedieu-les-Poêles et de La Haye-Pesnel.

Affluents

Hydronymie

Attestations indirectes

Elles correspondent principalement à celles du nom de la commune de La Lande d'Airou où la rivière prend sa source, et que l 'on trouve attesté bien avant celui de la rivière.

  • Landa de Arou 1180 [1].
  • Landa Darou s.d., 1213, ~1280 [2].
  • apud Landam Darou 1280 [2].
  • Landa d'Arou 1332 [3], 1351/1352 [4].
  • La Lande Dairou 1612/1636 [5].
  • La Lande Dairou 1677 [6].
  • P[ont] d’Airou 1757 [7].
  • La Lande d'Airou 1713 [8].
  • La Lande Dairou 1753/1785 [9].
  • La Landes-d'Airou 1854 [10].
  • La Lande-d'Airou 1903 [11].

Attestations directes

  • Heroule 1650 [12], 1661 [13].
  • R[iviere] d’Ayzou 1689 [14].
  • Ayrou 1694 [15].
  • Ayron [sic; lire Ayrou] ~1700 [16].
  • Airou 1716 [17].
  • Airon [sic; lire Airou] 1719 [18],
  • Airou 1720 [19], 1758 [20].
  • Airon [sic; lire Airou] 1780 [21], 1753/1785 [9], 1854 [10].
  • l’Airon ou Héron 1880 [22].
  • Airou 1884 [23].
  • l'Airou 2007 [24].

Étymologie

Comme on peut le constater, le nom de ce cours d'eau est principalement attesté à date ancienne par celui de la localité qui en a dérivé le sien : la forme en est notée Arou du 12e au 14e siècle, puis Airou à partir du 17e siècle.

Comme un grand nombre de noms de rivières de France, celui de l' Airou est d'origine pré-latine, et plus particulièrement pré-celtique. Il est formé sur la base hydronymique pré-indo-européenne °ar- “cours d’eau”, présente dans d’innombrables noms de rivières en Europe et ailleurs, et à laquelle a été ajouté à l'époque celtique le suffixe adjectival gaulois -avu, qui aboutit régulièrement à -ou dans notre région [25]. Ceci peut signifier deux choses différentes, entre lesquelles il est impossible de choisir, en l'état actuel de nos connaissances : soit ce cours d'eau a été nommé par une population pré-celtique, puis son nom a été modifié à la période gauloise par l'ajout du suffixe -avu, soit il a été nommé plus tardivement par les gaulois, dans la langue desquels la base °ar- avait été conservée.

Le type hydronymique °ar-avu est en France à l'origine du nom de l' Aravo dans les Pyrénées-Orientales, et son féminin °ar-ava explique l' Arve dans l'Eure (Arva 965) et en Haute-Savoie, l' Erve dans la Mayenne (Arva ~1060) [2], et en Angleterre l'Arrow, nom de deux cours d'eau dans le Hereford (Erge 958, Arewe 1256) et dans le Warwickshire (Arwan stream 11e s., Aruwe 1247) [26]. Avec un autre suffixe ou sans, on retrouve la base °ar- dans les noms de l' Ar (Meurthe-et-Moselle), l' Arc (Bouches-du-Rhône), l' Hérault (Hérault), l' Arre (Gard), etc.

Remarque sur les graphies
  • La forme Heroule, brièvement utilisée sur deux cartes au 17e siècle, ne peut guère résulter que d'une cacographie; peut-être repose-t-elle d'ailleurs sur une notation antérieure °Heroult, lu Hérou à cette date.
  • La graphie Ayzou, employée en 1689 sur une carte de Mariette de la Pagerie, n'est pas obligatoirement une mauvaise notation d’Ayrou, que l'on rencontre par la suite. Il peut s'agir d'un phénomène d'assibilation de [r] intervocalique ([r] > [z]), constaté à plusieurs reprises en Normandie comme ailleurs en France à date ancienne, et dont le français a conservé deux exemples : béricle > bésicle, et chaire > chaise.
  • Les graphies récurrentes Ayron, Airon (17e-19e s.), variante Héron (1880) sont bien sûr imputables à une lecture erronée de -u final, confondu avec -n cursif.

Notes et références

  1. Léchaudé D’Anisy, Grands Rôles des Échiquiers de Normandie, première partie, Mémoires de la société des Antiquaires de Normandie XV, 2e série, 5e volume, Paris, 1845, p. 5b.
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 144.
  3. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 351F.
  4. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 369F.
  5. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620]
  6. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  7. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 13.
  8. Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  9. 9,0 et 9,1 Carte de Cassini.
  10. 10,0 et 10,1 V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  11. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  12. M. Merian, Duché et Gouvernement de Normandie, Francfort, 1650.
  13. N. Sanson et P. Mariette cartographes, R. Cordier graveur, Duche et Gouvernement de Normandie, Paris, 1661.
  14. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  15. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  16. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  17. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  18. Guillaume de l’Isle, Carte des Provinces du Maine et du Perche, Paris, 1719.
  19. Jean-Baptiste Homann, Tabula Ducatus Britanniæ Gallis / le Gouvernem[en]t General de Bretagne, Nuremberg, 1720.
  20. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  21. Anonyme, Plan des Départemens de Caen Bayeux et Saint Lo suivant la Marche que les Ambulants Tiennnent lors de Leurs Recouvremens [de la taille], 1780 [BNF département Cartes et plans, GE AA-3798 (RES)].
  22. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 17.
  23. E.-A. Pigeon, Carte du diocèse d’Avranches, A. Herluison, Orléans, 1884 [BNF, GED-1158].
  24. Carte IGN au 1 : 25.000.
  25. Rare dans la Manche (il ne figure guère que dans Pirou), on le trouve en Normandie à la finale de toponymes tels que Aclou, Barou, Bellou, Bizou, Livarot (ancien Livarou), Malou, Urou, etc.
  26. Eilert Ekwall, The Concise Oxford Dictionary of English Place-names (4th edition), Oxford University Press, Oxford, 1960, p. 13a-b.

Lien externe