Adolphe Chauvin

De Wikimanche

Adolphe Chauvin, né à Cerisy-la-Salle en 1911 et décédé le 3 février 1989, est une personnalité politique de la Manche.  

La démocratie chrétienne pour modèle

Adolphe Chauvin fait ses études secondaires à l’Institut d’Agneaux avant de devenir professeur d’anglais pendant 26 ans au Collège de Saint-Martin-de-Pontoise[1].

« Il est entré en politique, note le journal Le Monde, sur la pointe des pieds, à la Libération, et il s’en retire de même quarante ans plus tard »[1].

Pourtant, son parcours est des plus éminents : conseiller municipal MRP en 1945 puis maire de Pontoise de 1953 à 1977, il sera l’élément fondateur et fédérateur de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise, il sera également président du Conseil général du Val d’Oise de 1964 à 1976, président de l’Assemblée des présidents de conseils généraux de 1968 à 1976[1].

Mais c’est au Sénat qu’il aura consacré la quasi-totalité de sa carrière, d’abord en Seine-et-Oise, puis dans le Val d’Oise de 1959 à 1986 en étant le second de liste d’Alain Poher. Il a toujours été fidèle à ses convictions et a milité au sein des différents mouvements de la démocratie chrétienne, du MRP de la Libération à l’UDF[1].

Il préféra se retirer en 1986, après, dira-t-il lui-même, une carrière bien remplie mais aussi une « vie de chien » faisant illusion aux longs temps de présence qu’il s’imposait au Sénat[1].

À propos de l’absentéisme, il est très sévère à l’encontre de ses collègues : « quand on est élu du peuple, il faut être dans la maison du peuple »[1].

Il consacre également beaucoup de temps aux relations France-Canada ce qui lui vaut la reconnaissance officielle du gouvernement de Montréal[1].

À sa mort, il est encore vice-président du Conseil régional d’Ile-de-France[1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 et 1,7 René Gautier (dir.), Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, éd. Eurocibles, Marigny.

Article connexe