Éroudeville

De Wikimanche

Éroudeville est une commune du département de la Manche.

Commune d'Éroudeville Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 28' 35.40" N, 1° 23' 22.17" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton Valognes
Ancien canton Montebourg
Intercommunalité CA du Cotentin
Gentilé Éroudevillais(es)
Population 241 hab. (2012)
Superficie 4,86 km²
Densité 50 hab./km2
Altitude 6 m (mini) - 59 m (maxi)
Code postal 50310
N° INSEE 50175
Maire Marc Lecourt
Communes limitrophes d'Éroudeville
Saint-Cyr Montebourg Saint-Floxel
Saint-Cyr Éroudeville Écausseville
Saint-Cyr Écausseville, Le Ham Écausseville

L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.


Toponymie

Attestations anciennes

  • Arondevilla s.d. [1].
  • Aroudevilla s.d. [1].
  • Goscelin de Aroudevill[a] 1198 [2].
  • Eroudevilla ~1280 [1].
  • Aroudevilla 1332 [3], 1351/1352 [4].
  • Aroudeville 1360 [5].
  • Erodeville 1550 [6].
  • Eroudeville 1550 [7].
  • Troudeville [sic; lire Eroudeville] 1612/1636 [8].
  • Heroudeville 1677 [9].
  • Eroudeville 1689 [10].
  • Ecaudeville [sic] 1695 [11].
  • Heroudeville 1713 [12].
  • Eroudeville 1716 [13], 1719 [14].
  • Heroudeville 1735 [15].
  • Eroudeville 1736 [16], 1757 [17], 1758 [18], 1745/1780 [19], 1753/1785 [20], 1793 [21], 1801 [22].
  • Erondeville [sic: lire Eroudeville] 1804 [23].
  • Eroudeville 1829 [24], 1830 [25], 1837 [26], 1835/1845 [27], 1854 [28], 1878 [29].
  • Éroudeville 1880 [30].
  • Eroudeville 1903 [31], 1954 [32].
  • Éroudeville 1962 [33].
  • Eroudeville 1978, 1993 [34].
  • Éroudeville 2007 [35].

Étymologie

Toponyme médiéval en -ville (élément issu du gallo-roman VILLA « domaine rural »). Le premier élément est probablement l'anthroponyme d'origine anglo-scandinave Harold, d'où le sens global de « domaine rural de Harold » [1], [36]. Ce dernier nom, qui représente une forme anglicisée de l'ancien scandinave Haraldr, est attesté à date ancienne sous de très nombreuses variantes en Angleterre : Haraldus, Harold, Herald, Herold, Horoldus, etc. [37], parallèlement à la forme anglo-saxonne authentique Hereweald.

L'ancien scandinave Haraldr (variante Harvaldr) est connu en ancien danois et suédois (Harald), ainsi qu'en ancien norois de l'Ouest (Haraldr) et par différentes inscriptions runiques : ᚫᚱᚫᛏᚱ (aratr), ᚺᚫᚱᚫᛚᛏᚱ (haraltr), ᚺᚫᚱᚫᛚᛏ (haralt), etc. On le rencontre également en Normandie à date ancienne sous la forme Haralt. Ce nom représente la combinaison des éléments scandinaves har- « armée » et -valdr « puissance, force; gouverner », qui correspondent étymologiquement au francique hari- et -wald [38]. L'équivalent francique de Haraldr est donc Hariwald, à l'origine des noms français Héraud, Hérau(l)t, etc. (forme évoluée Herold > Héroult, Héroud, etc.).

Il est à noter cependant que cette interprétation ne fait pas l'unanimité parmi les spécialistes. De fait, Dauzat avait déjà fait remarquer la chute anormale de [h-] à l'initiale, tout en expliquant ce nom par le francique Herold [39]. C'est la raison pour laquelle Marie-Thérèse Morlet a préféré rattacher ce toponyme au francique Arold < Arwald, combinaison des éléments ar(n)- « aigle » et -wald [40]. Cette solution, tout comme l'explication par Herold, semble moins satisfaisante, car de tels étymons auraient probablement abouti à une forme °Arouville / °Érouville, ainsi que le fait remarquer François de Beaurepaire [1]. Mais Ernest Nègre prévient l'objection en postulant une formation adjectivale Eroldus + -a + villa, soit °EROLDA VILLA, reposant sur Erold, variante évoluée d'Arold [41]. Cette dernière explication convient parfaitement d'un point de vue phonétique, et seul l'argument ci-après doit faire préférer la solution anglo-scandinave, sans toutefois justifier la chute du [h-].

Notons donc, à la suite de François de Beaurepaire [1], que l'anthroponyme représentant le premier élément d'Éroudeville semble se retrouver dans le nom du hameau proche de l'Eau d'Éroudeval, altération d'un plus ancien Arondevé 1268 ou Arondevey s.d., à lire sans doute Aroudeve(y). Ce nom, noté Aroudemé (lire Aroudevé) sur la carte de Cassini, est constitué de l'ancien normand , vey « gué » précédé de l'anthroponyme en question. Il désigne une petite agglomération située sur le ruisseau de la Durance. Étant donné que le substantif ve(y) est du genre masculin, une formation adjectivale féminine doit être ici exclue pour le premier terme qui ne peut guère reposer sur autre chose que Harold.

Géographie

Histoire

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[42]. En 2015, la commune comptait 237 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [43] et INSEE [44])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
249 236 304 290 290 292 311 300 284 248
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
248 290 220 217 195 191 173 166 162 158
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
172 182 173 146 177 204 186 201 215 189
1982 1990 1999 2004 2006 2007 2008 2009 2010 2011
202 208 220 244 247 246 246 245 243 241
2012 2013 2014 2015 2017 2018 2019 2020 2021 2022
241 240 239 237
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[45] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1790-1795 Antoine Agasse
.......-1796 Julien Langlois
1796-1797 Jean François Lanéele
1797-1797 Jean Le Louey
1797-1800 Antoine Agasse
1800-1806 Jean Le Louey
1806-1826 Jean François Lanéele
1826-1848 Benjamin Le Saché
1848-1871 Charles Agasse décédé en exercice le 28 février 1871
1871-1885 Louis Belliard
1885-1900 Louis David
1900-1914 Louis Agasse
1914-1918 EdméeLe Saché
1918-1925 Louis Agasse
1925-1936 Albert Guillotte
1937-1965 Auguste Duval
1965-1974 Auguste Lecaplain
1974-2001 Charles Thoumine
2001-2014 Hubert Laisney
2014-actuel Marc Lecourt SE retraité
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à 1964 : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2013)

La mairie (2013)

Adresse : Hameau de l'Église
50310 Éroudeville

Tél./Fax : 02 33 21 56 98

Courriel : Pas d'adresse mel

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : Site web de la communauté de communes (4 juin 2012)

Mardi 9 h 15 - 11 h 15 -
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi - -
Samedi 11 h - 12 h -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Notre-Dame.
  • Patron (présentation) : le seigneur du lieu, Jean de la Haye (Johannes de Haya) en 1332 [3].
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

  • Calvaire (16e s.), inscrit à l'Inventaire des monuments historiques (IMH), à l'entrée du village.
  • La Cour d'Éroudeville (16e/18e s.).
  • Église d'architecture romane : Christ en croix en ivoire (18e s.), ancien maître-autel (18e s.).
  • Presbytère
  • Rives de la Durance
  • Croix des Petits, dite aussi Croix aux Anglais, à l'angle des routes du Ham et de Saint-Cyr.

Personnalité liée à la commune

Naissance

Économie

  • Centre d'enfouissement technique, ouvert en 2004.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 116.
  2. Thomas Stapelton, Magni Rotuli Scaccariæ Normanniæ sub regibus Angliæ, Société des antiquaires de Londres, Londres, t. II, 1844, p. 478.
  3. 3,0 et 3,1 Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 294G.
  4. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 380A.
  5. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. I, 1879, p. 7.
  6. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. I), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXI, Caen, 1892, p. 86.
  7. Ibid., p. 110.
  8. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BnF, ms. fr. 4620].
  9. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  10. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BnF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  11. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  12. Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  13. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  14. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  15. Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735.
  16. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BnF, collection d’Anville, cote 00260 B].
  17. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 9-15.
  18. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  19. Atlas de Trudaine pour la généralité de Caen (1745/1780), Archives Nationales, fonds CP, F/14/*8469.
  20. Carte de Cassini.
  21. Site Cassini.
  22. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  23. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 247b.
  24. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement d'Avranches, p. 118.
  25. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 456b.
  26. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 664b.
  27. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  28. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  29. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 424.
  30. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 59a.
  31. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  32. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  33. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  34. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  35. Carte IGN au 1 : 25 000.
  36. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 117a.
  37. Percy Hide Reaney & R. M. Wilson, A dictionary of English Surnames, Oxford University Press, Oxford, 3rd ed., 1995, p. 218a.
  38. Geirr Bassi Haraldsson, The Old Norse Name, Studia Marklandica, I, Olney, MD, Markland Medieval Militia, 1977, p. 11 s. n. Haraldr; Gillian Fellows-Jensen, Scandinavian Personal Names in Lincolnshire and Yorkshire, Copenhagen, Akademisk Forlag, 1968, p. 132-134, 351 s. n. Haraldr, -valdr; Richard Cleasby, and Gudhbrandr Vigfusson, An Icelandic-English Dictionary, 2nd ed., Oxford, Clarendon, 1957, p. 675 s. v. valdi, valdr; Lena Peterson, Nordiskt runnamnslexikon, Språk- och folkminnes-institutet, état du 30 septembre 2005, s. n. Haraldr, Har-, Hær(in)-, -valdr.
  39. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 268b.
  40. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985, p. 230b.
  41. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 954, § 17128.
  42. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  43. Population avant le recensement de 1962.
  44. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  45. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.