Éolien dans la Manche

De Wikimanche

Éolien dans la Manche

Éolienne à Méautis

L'énergie éolienne en France trouve ses origines dans la Manche, plus précisément à Saint-Rémy-des-Landes, où est construit ce qu'on appelle alors un aérogénérateur - autrement dit une éolienne - en 1958.

Les parcs éoliens dans la Manche regroupent 20 éoliennes en activité et 50 en projet.

Dans un département où la chaîne nucléaire occupe une place économique importante, l'énergie éolienne peine à s'implanter.

Largement encadré, suscitant l'opposition des défenseurs des paysages, la crainte de désagréments pour les riverains et les recours des collectifs tels Basse-Normandie Environnement et Vent Contraire, un projet met 3 à 5 ans à éclore, et le préfet a rejeté 16 projets entre 2003 et 2008. Le premier à ouvrir a été celui de Sortosville-en-Beaumont, suivi par celui de Clitourps puis celui d'Auvers-Méautis.

Selon les prévisions de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), la Manche pourrait accueillir 200 machines pour un rendement de 400 à 500 MW contre les 25 MW actuellement produits par 20 éoliennes réparties sur 5 sites.

Parcs éoliens terrestres

La Manche compte plusieurs parcs éoliens terrestres :

Les permis de construire ont été accordés pour la construction d'éoliennes à :

Les parcs éoliens terrestres en projet sont situés dans les communes de :

Quatre communautés de communes et deux communes de la vallée de la Sée ont déposé une demande auprès des autorités - acceptée - dans le but de construire un parc éolien d'envergure dit « de la vallée de la Sée ».

Parcs éoliens en mer

Deux projets quasi-identiques de construction de plate-forme éolienne off-shore en Manche sont en cours d'élaboration. Le premier, au large de Saint-Germain-sur-Ay et Bretteville-sur-Ay, à 7 km des côtes, est conduit par Neoen, filiale de Direct Énergie. Il fait état de la construction de 20 éoliennes pouvant alimenter en électricité 140 000 habitations pour un investissement de 300 000 à 350 000 millions d'euros [2]. Le second, à environ 10 km au large des côtes de Saint-Rémy-des-Landes, est mené par Éole-RES, filiale de Mc Alpine, géant britannique du BTP, et projette l'érection de 16 éoliennes de 5 MW chacune.

Usine de construction de pales

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve pose la première pierre de l'usine de construction de pales à Cherbourg le 23 mars 2017.

L'entreprise danoise LM Wind Power, filiale de General Electric, implante à Cherbourg-en-Cotentin une usine de fabrication de pales, dont la production démarre en janvier 2019.

Sources

  • Laurent Gouhier, « Les éoliennes s'imposent péniblement dans la Manche », La Presse de la Manche, 4 octobre 2008
  • La Manche libre, 6 décembre 2008.

Notes et références

  1. Le projet est retiré le 5 avril 2012, « Plus d'éoliennes visibles du Mont-Saint-Michel », Ouest-France, 4 avril 2012.
  2. Patrick Bottois, « Un parc éolien offshore pour Neoen dans la Manche », usinenouvelle.com, 8 janvier 2010 (lire en ligne).

Lien interne

Liens externes