Église Saint-Louis (Vernix)

De Wikimanche

L'église Saint-Louis

L'église Saint-Louis est un édifice catholique de la Manche, situé à Vernix.

« Elle remonte à la période romane par son portail et sa porte latérale. L'ornementation et les dimensions du portail révèlent un roman avancé, probablement de la fin du XIIe siècle. Deux colonnes engagées supportent deux archivoltes, l'une intérieure simple et plate, l'autre extérieure arrondie et semée de boules, comme à Sartilly. Les chapiteaux, à tailloirs aigus et saillants, sont ornés de foliations peu caractérisées et de boules. Ce dernier ornement est prodigué dans tout le pourtour : on en compte environ quarante.[...] La porte du sud, plus étroite, plus élancée, sans doute contemporaine. Une arcature extérieure encadre le cintre et présente un modillon à tête humaine à chacun de ses trois points. Le tympan a été rempli. Quelques plaques de vieille maçonnerie, qu'on trouve dans les murs de la nef, pourraient appartenir à l'époque primitive. La fenestrelle, qui fend le galbe au dessus du portail, est romane. Dans l'ordre des temps vient ensuite le bas de la tour à laquelle sa voûte à nervures arrondies, retombant sur des colonnettes très sveltes, brisées jusqu'aux chapiteaux, donne pour l'époque le XIIIe ou XIVe siècle : le faîte est à double égout. Une chose peu commune est son escalier, pavillon aplati collé à la façade occidentale, et dont le toit aigu est surmonté d'une croisette. Sur le flanc méridional est un large contrefort du XVIIe siècle et une large fenêtre de la même époque en dalles bien appareillées. » [1]

L'église est initialement dédiée à saint Martin. Mais une ordonnance épiscopale de Mgr. Daniel [2] déclare saint Louis, roi de France, patron de l'église de Vernix.[3]

Notes et références

  1. Édouard Le Héricher, « Commune de Vernix », Avranchin monumental et historique, imprim. Tostain, Avranches, 1845, pp. 325-328 (lire en ligne).
  2. Probablement Daniel Huet.
  3. J.-B. Goron (abbé), Vernix. Notice historique, impr. Henri Gibert, Avranches, 1889, p. 7 (lire en ligne).

Liens internes