Église Notre-Dame (Sainte-Marie-du-Mont)

De Wikimanche

L'église Notre-Dame.
Vue du nord-est.

L'église Notre-Dame de Sainte-Marie-du-Mont est une église de la Manche, située à Sainte-Marie-du-Mont.

Elle mêle nef romane, un transept gothique et un dôme Renaissance.

Histoire

Sa construction commence au 11e siècle. Elle est d'abord placée sous le patronage de l'abbaye de Saint-Wandrille en Haute-Normandie, avant d'échoir en 1145 à l'évêché de Coutances [1].

Sa nef est du 11e siècle, ses collatéraux du début du 12e, le transept de la fin du 12e, le chœur et les baies des collatéraux du 14e siècle, le clocher et son dôme du 16e siècle, la sacristie du 17e siècle. Le clocher a été reconstruit en 1848. C'est « un des plus originaux du Cotentin » [2]. La voûte a été réhaussée en 1870[3].

Le clocher.

On y trouve plusieurs objets remarquables classés eux-mêmes monuments historiques : deux vitraux, Scènes de la vie de la Vierge (1862-1867) de Jean Villiet [4], et Symboles de la Vierge grande verrière à six lancettes, réalisé en 1901 par Mazuet [5] inclus dans la protection de 1840, une chaire de prêche en chêne de 1636, offerte par Guillaume Pleurebeurre, sieur de la Rivière, intendant des seigneurs de Sainte-Marie-du-Mont, réparée en 1755 par Michelle Le François, et par le menuisier Moulin entre 1841 et 1857, protégée depuis le 13 avril 1905[6] et Le Miracle de la piscine de Bezatha, peinture à l'huile de 46,5 cm de haut sur 56 cm de large, copie de La guérison du paralytique de Béthesda, de Jean Restou, protégée le 21 décembre 1978 [7].

On voyait avant la Révolution le tombeau en marbre blanc d'Henri-Robert Aux-Épaules au-dessus duquel s'élevait un groupe représentant ce capitaine à genoux, armé de toutes pièces et accompagné de deux Suisses. Cette statue funéraire est également classée au titre des objet depuis le 13 avril 1905 [8].


Elle est classée Monument historique (MH) en 1840.

Au XVI{{e}) siècle, la flèche du clocher s'effondre et la tour de style Renaissance est construite à partir de 1540 [9]. En janvier 1840, la foudre frappe le clocher provoquant la chute des parties hautes, entraînant elles-mêmes une partie du dôme et des cloches [9]. Elle est fortement endommagée par les bombardements de la libération de 1944 et de nouveau la foudre en 1999 [9].

Du haut de son clocher, l'écrivain René Bazin a confié qu'il n'avait jamais vu un paysage aussi étendu, ni tant d'herbe [2]. Cette vue en fait une vigie stratégique pour l'armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.

À l'intérieur, le confessionnal garde la trace d'une rafale américaine.

En 2018, une restauration du clocher est engagée par l'entreprise ART, pour un montant de 500 000 €, rehaussé d'un avenant de 38 000 € [10].

Bibliographie

  • Dr Guibert, « Église de Sainte-Marie-du-Mont », Annuaire des cinq départements normands, congrès de Carentan, 2003, pp. 21-27
  • Dr Guibert, « L'église de Sainte-Marie-du-Mont et ses transformations au IXe siècle », Annuaire des cinq départements normands, congrès de Carentan, 2003, pp. 71-79

Notes et références

  1. Notice n°IA00001237, base Mérimée (architecture), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture..
  2. 2,0 et 2,1 La Manche au passé et au présent, éd. Manche-Tourisme, 1984, p. 56.
  3. Notice n°IA00001234, base Mérimée (architecture), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture., Base Mérimée
  4. Notice n°PM50001526, Base Palissy.
  5. Notice n°PM50001525, Base Palissy.
  6. Notice n°PM50001030, Base Palissy.
  7. Notice n°PM50001032, Base Palissy.
  8. Notice n°PM50001029, Base Palissy.
  9. 9,0, 9,1 et 9,2 « Un clocher témoin de 1 000 ans d'histoire », La Presse de la Manche, 24 octobre 2018.
  10. « Les travaux du clocher en bonne voie de finition », La Presse de la Manche, 24 octobre 2018.

Liens internes

Lien externe